Le peuple et la démocratie, ce vieux couple sans ardeur
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Le peuple et la démocratie, ce vieux couple sans ardeur

Psychanalyse d'une désaffection

Réservé à nos abonné.e.s
Avec un art du contretemps dont la philosophie – et les magazines mensuels – seuls ont le secret, le magazine Philosophie de février arbore en rouge et en une cette inquiétante question:

picto «Le peuple a-t-il perdu le pouvoir?»...

... le jour même où l’on voit fleurir dans les kiosques en une de Libé une triomphale réponse :

«Le jour du peuple» picto

(mais ce n’est pas le même peuple).

Ainsi va le monde, et tandis que les démocraties occidentales semblent avoir perdu la foi dans le modèle politique où elles ont prospéré, les peuples d’Orient rappellent comme on peut la vouloir, la désirer, l’aimer de toutes ses forces et au péril de sa vie, cette démocratie dont nous semblons revenus.


De notre côté nous formons avec elle quelque chose comme un vieux cou...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.