Quand je me suis découvert mamelle nourricière de L'Express
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Quand je me suis découvert mamelle nourricière de L'Express

Souvenez-vous matinautes fidèles : mardi, je vous racontais le grain de sable
Debré Revel
Schneidermann/revel
Copier coller
Partager cet article Commenter
43
43 commentaires
Remonter en haut de fil
Commentaires

Quand je me suis découvert mamelle nourricière de L'Express

Souvenez-vous matinautes fidèles : mardi, je vous racontais le grain de sable

Derniers commentaires

J'aime pas les copieurs.
@renaudrevel a répondu sur twitter : https://twitter.com/renaudrevel/status/725719537837064192?s=09
J'espère que, au moins et par décence, Renaud Revel paie son abo à @si comme tout le monde.
Il s'est découvert mamelle et j'ai eu comme une vision.


je sors
Du coup, en faisant une petite recherche pour voir si ce papier sur un plagiat était repris à défaut d'être plagié, je suis tombé sur cet article de Télérama qui signalait (en bien) ce vite-dit de Schneidermann et faisait une remarque intéressante :

"de plus en plus, on retrouve, recrachés tels quels, dans les articles, des communiqués de presse d’entreprises, des quatrièmes de couverture de livres, des « éléments de langage » prêts à gober, calibrés par des services rodés. L’information est devenue un gigantesque plagiat, ou la télé recopie le papier qui recopie le Web… et réciproquement, sans que plus personne ne sache vraiment qui est la source.
Dans ce fatras mimétique, les « emprunts » de Macé-Scaron sortent néanmoins du lot, par leur longueur, leur importance, et parce qu’ils « volent » des textes très « écrits ». Du coup, certaines victimes ont reconnu leur prose. Olivier Biffaud, le journaliste du Monde qui s’était étonné auprès du plagiaire, s’est vu livrer, en « dédommagement », une caisse de champagne. Delphine Peras, pigiste à Lire, a reçu, après sa lettre de protestation au patron de Marianne, Jean-François Kahn… un coup de fil de Macé-Scaron lui proposant de la faire piger.
Cette fois-là, la pigiste avait protesté. La fois d'après, elle s'est tue.
"

A quel niveau en est-on du remplacement du journalisme par la production (industrielle) de "contenus" fabriqués à la va-vite en faisant un patchwork d'info, du collage au sens artistique, l'agglomération de matériaux divers, où on ne s'embarrasse plus trop d'attribution de paternité à un auteur ?

Dans le genre mise en abyme : une séquence télé sur le mashup où le journaliste (?) "oublie" de citer la chaîne Youtube dont il exploite le boulot, chaîne qui s'amusera à en faire un mashup.

Autre style, ce portrait de Thomas Guénolé se définissant lui-même comme : "fournisseur de contenus". Il a d'ailleurs une sorte d'agence de com' avec sa compagne "communicante" où il est présenté comme apportant "son expertise en stratégie et en production de messages percutants."

Chroniqueur, éditorialiste, blogueur etc., se standardisent sans doute, définissent des métiers de fournisseur de contenu où un savoir-faire de rédacteur à la Wikipedia (documentation et synthèse) suffit, où l'originalité n'est pas très rentable.
depuis un petit moment Daniel "m'arrache " chaque matin
un sourire ; aujourd'hui jaune (stabilo)
mais attention ! seins trop (de) pèze C'EST VIRAL
t'as touché, t'es coulé
Revel, c'est pas celui qui vous chie dessus auprès de tous ses collègues mediacrates ? (pardon pour l'expression)
Attraction-répulsion, comme en dit.

Qu'est-ce que ça fait de se savoir toujours épié par eux ?
Si Arnault a peur de Ruffin, peut-être Revel et ses copains ont-il peur de Schneidermann ;)
Comme dit Pierre38330, c'est une bonne nouvelle.
Nous ne sommes pas les seuls sur cette planète à accorder de l'importance aux articles et rubriques de @SI.
Quelques journalistes qui écrivent dans les journaux mainstream du groupe Bolloré-Drahi-et PanAmerican quittent le bateau et adhèrent désormais aux opinions que l'on est bien obligé de partager en faisant un constat des lieux.

Et donc les cartes sont sur la table, visibles de tous, fièvre effrénée de concentration d'organes multimédiatesques capables d'aller pomper le fric jusque sous les doigts de l'Internaute qui s'informe ou se divertit, même si c'est au prix d'aller soutenir des ennemis de la libre expression comme Donald Trump

Par contre on peut déplorer que la sale habitude de copier-coller, telles quelles, les brèves de l'Agence France Presse ou autre est une addiction difficile à quitter.
Vous devez être fier Daniel, on vous copie ))) Merci de le faire remarquer, même pour un article léger, les mecs pompent sur les autres, lamentable, fainéant.
Oué bha la prochaine fois que l'express se plein des adbloqueurs je comptes sur vous Daniel pour leur rappeller qu'être rémunérer pour recopier l'article des autres c'est moyen comme gagne paim et que finalement si sans les pubs ils peuvent sois-disant plus bosser et bha c'est pas un mal!
Ce n'est pas élégant, je suis d'accord, mais il faut admettre, Daniel, que "sur le plateau de Ruquier", est plus clair que "devant Ruquier" ! En gros le texte de Revel améliore plutôt le vôtre.

J'rigole !!!
je me suis découvert mamelle

Cachez ce sein que je ne saurais voir !

Tartuffe ?
Pour Djac Baweur

du qualificatif d'"hypocrite".

Se faire qualifier d'hypocrite par Brice Couturier est un honneur et une garantie de franchise (quoi que).

Si j'étais le lider maximo, je me réjouirais d'être ainsi plagié par les plumitifs mainstream.

Parce que de deux choses l'une.
-soit c'est le début de commencement dune grande révolution des consciences (en un seul mot)
-soit c'est le début du commencement d'une nouvelle carrière pour notre chronicaute matutinal.
Vous avez également inspiré Brice Couturier ce matin, votre nom nom étant assorti, je crois bien, si les vapeurs endormies de ma fin de nuit et de la chaleur de ma couette de n'ont pas trompé, du qualificatif d'"hypocrite".
S'ensuivait une litanie d'horreurs de par le monde, que, si j'ai bien suivi le sens global de la chronique, les gens comme vous justifieraient, voire apprécieraient - voire provoqueraient, qui sait ?
Sacré Brice Couturier, enchanteur des matinales de France Culture...

[...] au moins, ai-je réussi à faire écrire sur un blog de L'Express "le milliardaire Pinault". Demain j'essaie : "le milliardaire Drahi".

???
Votre chronique hebdomadaire à libération, le quotidien du milliardaire Drahi, c'est pas le vendredi, c'est le lundi. Il perd la boule le père DS
Encore un stagiaire viré de l'Express..
"mardi,...Le lendemain (donc hier mercredi) "

Que vous vous sentiez obligé à ces précisions calendaires montre, si besoin en était, que votre chronique de mardi (dernier?), se concentrant sur un aspect anecdotique de la campagne de promotion du livre, n'était pas sensée nous laisser un souvenir impérissable.
Être plagié là-dessus .....
Copier, c'est pas bien. Qui plus est, les modifications apportées ne sont guère heureuses. La suppression de "où il séjourne régulièrement", notamment, rend le récit moins clair. Et que dire de ce précieux ustensile, le "rond de serviette", dont les journalistes raffolent...
L'Express, c'est -16% de ventes en 2015, alors comprenez leur quête de contenu qualitatif ;)
Heu..Pour l'essentiel des termes correspondants.il s'agit quand même beaucoup de citations, non?
Bonjour Daniel
C'est quand même un piètre honneur d'être repris par l'Express sur une histoire de c.l
Revel s'imagine peut-être que vous ne lisez pas la presse ??
C'est énervant, mais bravo à notre scribouillard préféré d'en avoir fait un sujet de rigolade. Gageons que le monsieur n'osera pas renouveler l'exploit un soir sur Arte chez madame Elisabeth...

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.