« Plaisirs asymétriques de la séduction »...
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

« Plaisirs asymétriques de la séduction »...

Le féminisme peut-il penser l'universelle violence du désir ?

Réservé à nos abonné.e.s

Est-ce la canicule ? Me voici toute hébétée. Relisant, dans la perspective d’une émission qui n’aura pas lieu (car personne ne veut se parler en face dans cette histoire – trop de venin), les termes du débat qui a opposé la féministe américaine Joan W. Scott aux tenants d’un hypothétique «féminisme à la française» à l’occasion de l’affaire DSK, je me retrouve absolument esseulée, ne me reconnaissant ni dans un camp ni dans l’autre, dont j’ai la désagréable impression qu’ils se parlent sans s’entendre et passent scrupuleusement à côté du suj...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.