Derrière les "dramas" d'internet, des revenus et des abus
Mode lent
Mode lent
chronique

Derrière les "dramas" d'internet, des revenus et des abus

Les conflits entre influenceurs deviennent des objets de publications lucratives

Réservé à nos abonné.e.s
Le mot anglais "drama" est utilisé à profusion pour moquer les conflits entre influenceurs. Le "drama" est aussi devenu une source de revenus pour des youtubeurs qui font de ces conflits la matière première de leurs contenus. Mais le mot est également utilisé à tort pour qualifier des affaires d'abus et de violences sexuelles et psychologiques dans le milieu des communautés en ligne.

Le 25 juin 2022, en live depuis la Corée du Sud où il vit depuis quelques mois, le streameur à polémiques Sardoche décide de partager son effroi sur l'affaire Léo Grasset. Vidéaste vulgarisateur connu sous le pseudo de Dirtybiology, ce dernier a été mis en cause dans une enquête de Mediapart : une femme l'accuse de viol et sept autres de violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Une plainte pour harcèlement sexuel sera déposée quelques jours après la publication. "Je suis obligé d'en parler les amis, lance Sardoche. En vrai, présomption d'innocence et compagnie, mais là… Manon Bril (l'une des femmes vidéastes ayant témoigné dans l'enquête de Mediapart, ndlr) qui fait un drama sur Léo Grasset […] Mais apparemment ça a l...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Ruisseau vs. Rousseau : extension du domaine du harcèlement ?

Sardine Ruisseau : simple compte parodique ou cheval de Troie d’extrême droite ?

Booba, lanceur d'alerte : vraiment ?

Un dossier de "Libération" un peu trop complaisant avec le rappeur devenu justicier

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.