Mais oui, France Inter, le "darknet" a aussi une face lumineuse !
Man Hack
Man Hack
chronique

Mais oui, France Inter, le "darknet" a aussi une face lumineuse !

Pourquoi ne jamais en parler ?

Réservé à nos abonné.e.s
Et revoici le "darknet" ! D'après France Inter, le réseau TOR, conçu pour protéger la vie privée des internautes, permettrait d'accéder à un "marché noir" fréquenté par des millions d'internautes venus y acheter de la drogue ou des faux papiers, mater des photos pédo-pornographiques ou encore recruter un tueur à gages. C'est vrai. Mais TOR n'en est pas moins, aussi, un système conçu par l'US Army pour pouvoir protéger l'anonymat des internautes, dont les valeurs et technologies sont recommandées par les Nations Unies, Amnesty, la FIDH et Reporters sans frontières (entre autres).

J'ai longtemps refusé d'accorder des interviews au sujet des "darknets", ces réseaux sécurisés conçus ou utlisés de sorte de rester cachés, ou de protéger l'anonymat de leurs utilisateurs. Pour une raison simple : les journalistes s'y intéressent généralement parce qu'ils permettent (notamment) de faire des choses interdites par la loi (vendre ou acheter de la drogue, échanger des photos pédopornographiques, et caetera).

Or, et de même que je ne vois pas l'intérêt journalistique d'expliquer comment faire et où aller pour se procurer du crack ou de la coke, je ne vois pas l'intérêt d'expliquer comment acheter de ...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.