Inspectrice la bavure
Les mots d'Anne-So
Les mots d'Anne-So
chronique

Inspectrice la bavure

Réservé à nos abonné.e.s
Diable ! Suite aux bombardements la semaine passée de la coalition internationale menée en Syrie contre l’organisation l’Etat Islamique, plusieurs dizaines de civils – 56 dont 11 enfants selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme – ont été tués. Un crime ? Non, "la plus grosse bavure jamais commise par la coalition" selon Le Monde ou encore "la pire bavure" selon le site d’Europe 1.

Mais pourquoi utiliser le terme "bavure" pour qualifier… une tuerie ? C’est la question que s’était posée en 2010 notre journaliste Anne-Sophie Jacques – à l’époque chasseuse de mots des médias – qui avait enfilé son imperméable d’Inspectrice la bavure pour enquêter sur ce mot. Et vous verrez, si sa conclusion n’est peut-être pas sans bavure, elle est surprenante. L’occasion pour nous de republier sa chronique.


Il y a des mots aussi visqueux qu'un mucus de gastéropode collant avec obscénité aux faits de guerre et donc d’actualité. Sans vouloir jouer la fille qui sort de son œuf (et sur...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.