Le revenu de base, une utopie ?
Éconautes
Éconautes
chronique

Le revenu de base, une utopie ?

A la machette, dans la jungle des propositions

Réservé à nos abonné.e.s
Et si nous percevions, tous autant que nous sommes, un revenu à vie pour échapper à la nécessité de travailler ? Remise au goût du jour par les Suisses bientôt amenés à se prononcer sur un revenu de ce type, cette idée est-elle une douce utopie ? Utopie peut-être mais douce, sûrement pas. Quand on se penche sur la luxuriante littérature qui lui est consacrée, on pénètre dans une jungle de thèse philosophiques, économiques, sociales, morales, fiscales. Armée de machettes, l’éconaute vous emmène en expédition.

Revenu de base ou revenu pour tous de la naissance à la mort sans aucune condition. Jusque là, tout va bien. C'est après que ça se gâte. Voilà quatre jours que je suis plongée dans l’abondante littérature sur la question. Ce revenu porte une myriade de noms différents et compte autant de contours qu’il y a d’auteurs intéressés par le sujet. Soit des centaines de milliers. Ils sont économistes, sociologues, philosophes, hommes ou femmes politiques, citoyens. Ils sont Brésiliens, Suisses ou Indiens. L’idée n’est pas neuve. On la trouve dans L’utopie de Thomas More parue en 1516. L’humaniste rêvait d&...

Il vous reste 98% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.