Verts médias
chronique

Verts médias

"Les médias s'engagent pour être plus verts". Comment, au réveil, ne pas avoir l'œil attiré par ce titre énigmatique des Échos, et la magnifique photo vert-sylvestre qui l'illustre ? Heureusement, l'article précise, dès le chapeau, que cet engagement "est encore assez flou"Et qu'il ne correspond, de la part de TF1, M6, NextRadio, Lagardère News, etc (mais ni Radio France, ni France Télévisions, pour des raisons que Les Échos n'expliquent pas) à rien d'autre qu'une gesticulation destinée à impressionner gouvernement et parlement, alors qu'un projet de loi se propose de limiter la publicité pour les produits polluants.

En fait, cette gesticulation est un contrefeu, en forme de début de commencement d'ébauche de tentative de greenwashing, à une proposition de loi du député Matthieu Orphelin, dont, honte sur moi, j'aurais dû vous parler depuis longtemps, parce que c'est là, dans les couloirs du Parlement, que se mènent aussi les vrais combats. Dans la foulée des recommandations de la Convention citoyenne sur le climat, la proposition Orphelin prévoyait donc, précisaient Les Échos en septembre, l'interdiction progressive, entre 2022 et 2032, de la publicité sur les véhicules à moteur à essence ou diesel, les compagnies aériennes (s'il existe une alternative en TGV) et les produits à fort impact environnemental. Les produits électroménagers les plus énergivores pourraient également être concernés. Elle prévoyait aussi l'interdiction et le retrait progressif de l'affichage digital dans l'espace public, "alors que ce dernier, soulignent Les Échos, figure pourtant comme principal levier de croissance du secteur".  Déjà en septembre, cette proposition de loi ne reprenait plus que 3 de ses 22 propositions initiales, ce qui n'empêchait pas Les Échos de titrer que la publicité "redoutait un tremblement de terre".

Début octobre, soulagement du journal de LVMH-Dominique Seux :  la proposition Orphelin était rejetée en commission du développement durable de l'Assemblée. Mais le monde de la publicité "restait inquiet" :  la ministre Barbara Pompili promettait de réintégrer ces mesures, ou certaines d'entre elles, dans un projet de loi climat,  et éventuellement même d'y rajouter, vieux débat, les produits gras. La remarquable mobilisation sur ce sujet des Échos donne la mesure du combat de lobbying qu'a dû affronter Matthieu Orphelin.

Vous me direz que ces mesures ne devraient pas faire débat, Emmanuel Macron, lors du lancement de la Convention citoyenne des 150 citoyens tirés au sort, ayant promis que ses propositions seraient soumises "sans filtre" au parlement (Cyril Dion était venu nous détailler le pacte, voir notre émission en accès libre). C'est que vous avez manqué quelques épisodes, dont l'interview, la semaine dernière, du même Macron à Brut et à son jeune public. "Les 150 citoyens ont écrit un truc, mais ce n'est pas la Bible ou le Coran" s'est exclamé le président, à destination des jeunes qui pourraient être tentés par un destin amish. Après quoi, il est allé mettre la dernière main au plan de vaccination du gouvernement (voir notre émission de la semaine), sur lequel, défense de rire, seront consultés une trentaine de citoyens tirés au sort.

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.