Urgence : ralentir
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Urgence : ralentir

Depuis près de deux semaines, que fait-on ? On agit. C'est à dire

qu'on bombarde les monstres, on perquisitionne les restaurants halal, on interdit les manifs, on contrôle la presse, et puis finalement non, et on court de Washington à Moscou pour organiser une grande coalition, malencontreusement mise à mal par un chasseur turc. Ah, on pavoise, aussi. On sort les drapeaux. Parfait. Vive l'action.

C'est un entrefilet dans le Canard. En réunion interministérielle, la ministre des affaires sociales Marisol Touraine aurait insisté pour que le gouvernement parle aussi "des problèmes sociaux dans les quartiers, des inégalités, des discriminations". Réponse de Valls : je ne te le conseille pas en ce moment. Autrement dit : ta culture de l'excuse, ton laxisme, tu te les gardes pour toi, au moins jusqu'aux régionales. On ne saurait mieux résumer le renoncement de la gauche Valls, même dans les discours. Jamais en creux n'avait été plus claire la différence entre discours de gauche, et discours de droite. Le discours de droite, c'est le plan serré sur les détails, et le montage saccadé des séquences. Le discours de gauche, c'est le dézoomage qui soudain dévoile le hors champ invisible, et le long plan-séquence qui laisse vagabonder les esprits. Spirale connue : l'affolement de l'opinion affole le gouvernement, dont l'affolement sur-affole l'opinion, tandis que le concert médiatique accompagne le mouvement. Ce ne sont pas seulement les mosquées et les banlieues, soutenues par une Assemblée bleu horizon, que le vallso-hollandisme a placés en état d'urgence. C'est la pensée.

Urgence, donc : ralentir. Réfléchir. Dézoomer. Résolument. Trois conseils de lecture, donc. Sur les bombardements et leur efficacité, pour vous laver la tête de la petite musique on-va-les-écraser-terrasser-exterminer-pulvériser-intensifier-les-frappes-d'ailleurs-le-Charles-de-Gaulle-est-sur-zone-regardez-nos-avions-comme-ils-sont-sexy-quand-ils-décollent, lisez ceci. Sur le naufrage du renseignement français, qui n'a pas failli-a-fait-ce-qu'il-pouvait-d'ailleurs-c'est-la-faute-aux-Belges-laxistes-et-de-toutes-façons-le-risque-zéro-n'existe-pas, lisez cela. Et si vous êtes persuadés que le climat n'a rien à voir avec le terrorisme, lisez l'article le plus étonnant paru ces derniers jours, et aussitôt recouvert par le tumulte. Après quoi, vous pourrez reprendre une activité normale, et sortir les drapeaux, si ça vous chante. C'est tout pour ce matin.

drapeau français

drapeau français, by Google images (détail)

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.