Un éclair de franchise
chronique

Un éclair de franchise

"Est-ce qu'on a le droit de fumer dans ce studio ?" demande Ruffin à Demorand et Salamé. Un court instant de silence. "Non". "Voilà. C'est interdit. Eh bien l'avion, c'est pareil".  Les deux journalistes de France Inter viennent de l'interroger sur sa récente proposition de loi, visant à supprimer les liaisons aériennes intérieures, quand elles sont concurrencées par une liaison ferroviaire d'une durée supplémentaire inférieure à deux heures trente. Et en glissant dans leur question les deux mots épouvantail : "écologie punitive".

Mais Demorand remonte vite à cheval : "Donc vous voulez interdire l'avion pour raison de santé publique ?" "De santé mondiale". Et de poursuivre sa démonstration : "Dans les supermarchés, les gens ont un porte-monnaie à la place du cerveau. On n'a pas supprimé le travail des enfants, parce que les consommateurs ont renoncé à acheter des produits fabriqués dans des usines qui emploient des enfants. On n'a pas supprimé le travail du dimanche parce que les consommateurs ont cessé d'acheter des produits fabriqués le dimanche. On n'a pas fait la semaine de 40 Heures parce que les consommateurs de 1936 ont cessé d'acheter les  produits fabriqués dans des usines où les ouvriers dépassent les 40 heures".  Donc, les "petits gestes" des consommateurs ne suffiront pas. Beaucoup l'admettaient secrètement. Aucun politique en vue ne le disait. C'est fait.

Depuis que Ruffin, Delphine Batho, et quelques autres, ont présenté ces propositions de loi anti-liaisons aériennes, on a vu re-brandir l'inusable l'épouvantail des "khmers verts", de "ceux qui veulent tout interdire", des tenants de "l'écologie punitive". De fait, le système libéral étant ce qu'il est, et le cerveau humain aussi (sur la culpabilité du "striatum" de nos cerveaux, lire le livre de notre ex-chroniqueur Sebastien Bohler), aucune transition écologique ne se fera sans contrainte. Il est temps de le dire, et de le dire clairement. Et c'est une bonne chose, que ce soit dit sur France Inter.

Dans la même émission, Ruffin n'a pas échappé à une question (légitime) sur le dernier épisode Etienne-je-n'ai-pas-étudié-la-question-des-chambres-à-gaz Chouard (si vous voulez savoir ce que j'en pense, c'est ici et ). Il a clairement admis que son hommage à Chouard de décembre dernier était une erreur. Dans les mêmes dix minutes, la même franchise sur la transition écologique, et sur ses propres erreurs ("ce n'est pas la première, ce ne sera pas la dernière") : dans une grise matinée, ça fait du bien.


Et en bonus, pour illuminer votre matinée, un morceau d'éloquence du susdit sur le référendum ADP (et la réponse...)

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.