Prédation sexuelle : priorité à gauche ?
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Prédation sexuelle : priorité à gauche ?

Pourquoi à gauche ? Pourquoi est-ce dans les mouvements politiques

ou syndicaux proches de la gauche de gouvernement (EELV, MJS, UNEF) que sont révélées semaine après semaine, dans la presse française, des pratiques systémiques de harcèlement et d'agression sexuelle ? Pourquoi (jusqu'à présent), les partis et mouvements de droite sont-ils épargnés ? Dans son billet matinal de France Culture, Frédéric Says pose la question que je me pose depuis quelques semaines, et sans doute beaucoup d'autres avec moi.

Plusieurs explications sont envisageables, livrées ici dans le désordre. Peut-être le responsable politique mâle de droite est-il davantage respectueux des femmes. Peut-être la militante de droite est-elle plus attachée à préserver l'image publique de son parti, ou de son organisation. Peut-être la femme de droite, à l'image de Natacha Polony, est-elle d'une plus grande tolérance à l'égard de la drague, y compris lourde. Peut-être aussi la presse de droite répugne-t-elle davantage à enquêter sur le sujet, préservant donc les mouvements politiques dont elle est le plus proche (si tant de témoignages de femmes militantes à l'UNEF ou au MJS sont arrivés aux journalistes du Monde, de Mediapart ou de Libé, c'est sans doute notamment du fait d'une proximité culturelle et politique).

Reste une explication, que semblait retenir Frédéric Says. Sans doute ces pratiques de harcèlement et d'agression sont-elles d'autant plus douloureusement ressenties, qu'elles contredisent frontalement les proclamations féministes officielles des mêmes hommes qui s'en rendent coupables. Ce qui déclenche la libération de la parole, ce qui rend tout d'un coup le silence insupportable, c'est un décalage trop flagrant entre les paroles et les comportements. C'est la photo de Denis Baupin avec son rouge à lèvres, posant pour une photo de campagne contre les violences faites aux femmes, qui déclenche la parole de Sandrine Rousseau (voir notre émission ici).

Sans parler de l'injonction masculine, cynique ou sincère, à la "liberté sexuelle", pour couvrir de valeurs "de gauche" (la droite est coincée, c'est bien connu, regarde donc La manif pour tous) un comportement harceleur. L'enquête de Libé sur la prédation au Mouvement des Jeunes Socialistes racontait que le même dirigeant prédateur pouvait, parfois à quelques minutes d'intervalle, tonner à la tribune contre le nombre insuffisant de femmes prenant la parole dans les réunions, et harceler les militantes. Peut-être lui-même n'avait-il même pas conscience d'une légère contradiction.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.