Pinçon-Charlot, la pandémie, et "l'holocauste"
chronique

Pinçon-Charlot, la pandémie, et "l'holocauste"

L'étonnant, ce n'est pas l'arrivée du film Hold-up, pour qui la pandémie de COVID-19 résulte (voir notre enquête, dont je spoile la fin) d'une tentative de "dématérialiser l’argent au travers de nanoparticules activées par le biais du déploiement de la 5G, et injectées par des vaccins contre le Covid-19 (ou des épidémies futures) chez les citoyens, dont les libertés individuelles seraient par conséquent supprimées".  L'étonnant, c'est que ce film ne soit pas arrivé plus tôt. Après tant de ratages du gouvernement français, après tant de mensonges pour masquer ces ratages, cet "Absurdistan" administratif français, comment ne pas chercher un vaste complot ? 

Que l'on trouve rassemblés dans Hold-up la poignée habituelle d'illuminés est attendu. Il est plus étonnant, et accablant, que l'on y retrouve, dans deux interventions différentes, la sociologue Monique Pinçon-Charlot parlant "d'holocauste". Monique Pinçon-Charlot que nous avons, ici, sur ce site, invité cinq fois en dix ans dans nos émissions. Beaucoup de ceux qui, ces derniers années, ont jugé ses travaux d'exploration de la classe des super-riches formidablement culottés et éclairants (et j'en suis), ont été accablés de découvrir, sur les réseaux sociaux, un extrait de trente secondes de Hold-up.

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.