Pendant ce temps, l'autre prime
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Pendant ce temps, l'autre prime

C'est étrange, de cette autre prime, on parle nettement moins.

Elle est pourtant plus généreuse que laprimedemilleeuros. Cette fois, l'Etat n'a pas lésiné. Cette prime discrète se monte à 160 000 euros. C'est le montant de l'économie que réaliseront quelque 1900 foyers fiscaux déclarant un patrimoine de plus de seize millions d'euros, grâce à la réforme prévue du barême de l'ISF. Entre 2,5 et 4 millions de patrimoine, la prime sera un peu moins généreuse: 5500 euros. Entre 1,3 et 2,5 millions, elle sera carrément mesquine: 1700 euros. Les calculs sont de l'économiste Thomas Piketty, cité par le blog du Monde, Contes publics. Piketty est par ailleurs le concepteur d'une vaste réforme fiscale inspirant le projet socialiste, et l'inventeur d'un joujou que vous connaissez certainement déjà, et sur lequel chacun, depuis quelques mois, peut s'amuser à calculer le montant de ses impôts dans tous les systèmes possibles.

Pourquoi en parle-t-on moins ? Bizarre ! Logiquement, le gouvernement devrait communiquer. Voilà une belle et bonne réforme, celle de l'ISF, qui contrebalance la piteuse capitulation sur le bouclier fiscal. Une belle et bonne réforme, qui va enrayer la fuite à l'étranger des cerveaux, des talents, des emplois, des forces vives, et qui au total profitera à la croissance, laquelle générera des emplois et une hausse du pouvoir d'achat. Baroin, Lagarde, devraient se succéder aux micros d'Aphatie et d'Elkabbach pour s'en féliciter. Bizarre.

Même Le Figaro est discret. Le journal comique devrait pourtant se féliciter de cette mesure sociale qui réjouit le coeur de son lectorat. Il avait une occasion en or: il est allé rendre visite à Liliane Bettencourt. Une visite pleine de sollicitude du patron Mougeotte en personne. "Comment vous portez-vous ?" "On vous a vue assister à des collections de couture, et participer à des manifestations. Aimez-vous toujours sortir et voir des amis ?" "Vous avez également pu retrouver vos petits enfants", "Avez-vous régularisé votre situation avec l'administration fiscale" ? Que des questions délicates et attentionnées. Mais hélas, la question qu'eût dicté l'actualité, la seule, n'a pas été posée: "le gouvernement va supprimer le bouclier fiscal, qui vous avait permis de vous faire rembourser 30 millions d'euros en 2008. Vous avez dû en concevoir du chagrin, voire de la déception. L'allègement de l'ISF vous a-t-il consolée ?" Incompréhensible pudeur.

Bettencourt Figaro
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.