Parisot, et le "cadre d'Orange"
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Parisot, et le "cadre d'Orange"

Il faut écouter Parisot chez Aphatie. Pas les paroles, toujours les mêmes, mais la musique. Ah, ces chefs d'entreprises au comble du désespoir. Ces téléphones qui, au mois de septembre, sont restés muets "comme un mois d'août". Ré-écoutez le "comme un mois d'août". Arriver à faire pleurer l'auditeur sur un texte aussi anodin d'apparence que ce "comme un mois d'août": quelle conviction ! Quelle justesse ! Ce sont des heures et des heures de répétitions. Je les voyais, ces téléphones muets, dans les bureaux désolés où, les autres années, se remplissent joyeusement les carnets de commande. Je serais metteur en scène, à la recherche d'une veuve ou d'une orpheline crédibles, poursuivie par la N'Drangheta, et qui apprend qu'elle est atteinte d'une maladie rare, je mettrais une option sur Laurence Parisot. Huppert et Deneuve n'ont qu'à bien se tenir.

Est-ce parce que j'ai les oreilles trop pleines de la longue plainte d'ambiance des riches ? J'avoue que je n'ai pas cru, au début, à la vidéo qui a fait buzzer hier la Toile française. L'avez-vous entendue ? A la gare de Viroflay, un voyageur agonit d'injures la guichetière SNCF. Et moi je gagne 70 K euros, je vais chaque mois à Saint Domingue pour Orange, je suis chaque week-end à La Baule, et j'en ai marre de payer des impôts pour vous, qui n'êtes qu'une minable, une connasse, et combien allez-vous toucher, à la retraite ? Hein ? Pauvre minable ! Mon premier réflexe: c'est un canular. Un élément supplémentaire pour notre dossier Impostures. Ce sont les gars d'Action discrète de Canal+, ou les Yes Men.

Ce discours de marionnette de Sarkozy, de commandant Sylvestre qui a trop forcé sur la coke, n'est tout simplement pas crédible, dans la réalité. Qui peut bien se vanter, dans la vraie vie, de passer chaque fin de semaine à La Baule ? Et puis, on ne voit aucun des deux protagonistes, d'ailleurs on ne voit personne, on ne voit que le sol de la gare, et quelques chaussures. Invraisemblable: dans le médiatiquement correct d'aujourd'hui, le riche s'excuse, et se penche avec sollicitude sur les soucis du pauvre.


Et puis, au fil de la journée, tombent les confirmations, et les services de com' des deux entreprises concernées entrent en action. La SNCF fait savoir sur Twitter qu'elle soutient évidemment son employée dans l'épreuve. Ladite employée raconte la scène à RTL, et ajoute qu'elle attend l'appel du PDG (car il va de soi, vu l'ampleur de l'affaire, que le PDG doit se saisir personnellement du dossier). Orange fait savoir qu'il va mener l'enquête, parmi tous les cadres qui se rendent une fois par mois à Saint Domingue, et possèdent une résidence secondaire à La Baule (on espère que l'échantillon n'est pas trop large). La vie, la vie obscène, la vie déformatée, celle qui n'est pas passée par les vidéo trainings du MEDEF, s'est tout simplement rappelée à notre bon souvenir.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.