Macron-Mélenchon : pouvoir et contre-pouvoir symboliques
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Macron-Mélenchon : pouvoir et contre-pouvoir symboliques

Et soudain, il n'y en a plus que pour la France insoumise.

A qui France Inter, ce matin, demande-t-elle de réagir à l'invitation de Trump par Macron le 14 juillet ? A un socialiste (pardon, à un député de la "nouvelle gauche") ? A un rescapé de LR ? A un "constructif" ? Non, à Alexis Corbière, nouveau député insoumis (il est contre). Et au 20 Heures de France 2 hier soir, il n'y en avait que pour Mélenchon. Mélenchon par-ci, déplorant, lui aussi, l'invitation de Trump par Macron. Jean-Luc par là, condamnant le "coup d'Etat social" du recours aux ordonnances sur le code du travail. Où est passé le PS ? Où est passée la droite ? Où est passé le FN ?

Ainsi, en quelques jours, les proclamations corporelles (je reste assis quand tout le monde se lève) et vestimentaires (j'abjure la cravate) des députés de la France insoumise, semblent avoir produit un double effet. D'abord, un souffle de terreur dans la corporation journalistique, à la perspective de la dictature rufinnienne qui se profile. Après l'impayable Roger-Petit sur le site de Challenge, après les convives habituels de BFM (voir ici notre montage terrifié et terrifiant) la grande peur gagnait ce matin France Inter, où Thomas Legrand ressuscitait le fantôme de Hébert, et de son Père Duchesne. Pour ne pas parler d'un journaliste de France 2, Jean-Baptiste Marteau, fustigeant sur Twitter, au nom des convenances, dont la télé d'Etat est traditionnellement la gardienne, le refus de Ruffin de se lever pour saluer l'élection de François de Rugy à la présidence de l'Assemblée.

Mais en même temps, ces provocations elle-mêmes agissent comme un aimant à medias. Qu'ils sont jolis garçons, les assassins de la bienséance ! C'est à une répartition des territoires, que l'on semble assister. Du côté de la macronnie, comme le souligne dans sa nouvelle chronique André Gunthert, une généreuse distribution de pures images, déconnectées de tout discours politique (jusqu'à la provocation à l'égard de la corporation médiatique, que constitue le renoncement présidentiel à la traditionnelle "interview du 14 juillet"), et n'ayant pour fonction que de dissimuler la réalité de la politique menée. Du côté de la mélenchonnie, seul vrai contre-pouvoir symbolique du moment, une harmonie, tout en bruit et fureur, du verbe et de l'image, déconnectée de tout pouvoir réel. Intéressante et inédite confrontation.

Père Duchesne

 

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.