Les esclaves, la présidente, et le pupitre
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Les esclaves, la présidente, et le pupitre

Réservé à nos abonné.e.s

Dans l'arène de lumière, s'avance une silhouette longiligne, montée sur talons aiguille. C'est la présidente de Radio France, Sibyle Veil. Elle s'approche d'un pupitre transparent, aussi classe et gracieux qu'elle-même, et s'y appuie paisiblement. Ils sont deux alliés, maintenant, face à l'inconnu, le pupitre et elle. Derrière, le décor nous indique la nature de la scène : "Voeux 2020". Le tout précédé d'un #, car il faut vivre avec son temps.  "Bonjour à toutes et à tous, commence la présidente. Je suis heureuse de vous retrouver ce matin pour ce moment convivial qu'est le moment des voeux."

La présidente, qui a ses antennes, a été prévenue qu'il se tramait quelque chose. Aussi, elle croit habile de donner tout de suite la parole "à ce...

Il vous reste 79% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.