Le voyage de Hollande en poupées indiennes
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Le voyage de Hollande en poupées indiennes

Alors, ces Rafale, on leur vend, ou pas ? demandent les joyeux drilles du plateau vespéral de BFMTV

, en traitant du voyage de François Hollande en Inde.  Les Rafale aux Indiens, voilà bien un sujet allègre, qui permet à chacun de s'évader des tracas de l'actualité, et de jouer sa partition préférée. Les hollandosceptiques, sur le thème : depuis le temps qu'on fait miroiter la vente et que rien ne vient, une fois de plus ça va caner au dernier moment, sur le prix, sur le délai, comme depuis Sarkozy. Et les hollandobéats de répliquer : mais si voyons, ça va se faire, c'est en marche, le verbe magique du président est en train d'opérer, on n'a jamais été si près de la signature.

C'est à cette question-marronnier des Rafale, que se limite le plus souvent le bref récit médiatique de ce voyage en Inde. L'Inde, c'est coloré, c'est plein de contrastes, c'est mystérieux, mais ce n'est pas inquiétant, ce n'est pas une dictature, ce sont des visites à enjeu "light", à la différence des voyages présidentiels à Moscou ou à Pekin, dominés par la seule question obsessionnelle de savoir "s'il va parler des droits de l'homme". Une photo à la limite, une jolie photo dans le métro, qui rappelle qu'on doit sans doute aussi leur vendre des métros, et le tour sera joué (vérification faite, non. Le voyage en métro a simplement pour but de "saluer les efforts de l'Inde en matière d'engagements contre l'effet de serre").

Il faut s'enfoncer dans les profondeurs du métro des articles de fond qui ne parviennent pas dans les télés, pour réaliser que non, la vente des Rafale n'est pas le seul enjeu de la visite présidentielle : on cherche aussi à leur vendre de l'énergie renouvelable, et l'on va notamment inaugurer le siège de "l'Alliance solaire internationale" (ne posez pas de questions, on vous expliquera un autre jour). Et dans ces mêmes articles de fond (celui-ci, du Monde, par exemple) sur les enjeux énergétiques du voyage, il faut encore descendre tout au fond (le fond du fond, donc) pour apprendre que, bien plus important que le solaire, est l'enjeu de la vente à l'Inde de six réacteurs nucléaires EPR. C'est "le principal dossier énergétique", insiste l'article, qui n'y consacre pourtant que ses deux derniers paragraphes (sur quinze).

Si l'on n'est pas épuisé par l'effort de dépiautage de ces récits en poupées indiennes, on apprendra que cet éventuel contrat de vente d'EPR est contesté par "les paysans et les pêcheurs de la région", sans que l'article précise les motifs de cette contestation. Quelques clics encore pour se souvenir que ces réacteurs EPR sont prévus pour être installés à Jaitapur, à 400 kilomètres de Bombay, et à quelques kilomètres d'une zone sismique potentielle (l'article du Monde, bien que publié sous la rubrique "Planète", ne comportait pas le mot "sismique"). De toutes façons, il  y a peu de chances que les télés descendent jusque là. Elles sont passées depuis longtemps au titre suivant.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.