La vengeance de l'argent magique
chronique

La vengeance de l'argent magique

Les beautés de la finance dans la pandémie, suite. Finalement, la banque Natixis obéit aux consignes de la Banque Centrale Européenne (BCE), et ne versera pas à ses actionnaires de dividende sur l'exercice 2019. Sanction immédiate : le titre plonge de 8% (à l'inverse de l'action Vivendi, dont je vous parlais hier, qui elle a bondi de 7% après une annonce en sens inverse). Comment en tirer une conclusion autre que : fermez la Bourse ! Nationalisez les banques ! Dès maintenant ! comme dit Serge Halimi dans Le Monde Diplo. Comment donc, on ne peut pas ? Mais si, on peut tout !  C'est justement en ce moment, qu'on peut tout. Jamais l'essence magique de l'argent, et de la création monétaire, n'a été plus clairement exposée aux yeux de tous. Le confinement ouvre les yeux.

Créez donc des euros, pour aller surenchérir avec les dollars des Américains, sur le tarmac des aéroports chinois, où, selon deux présidents français de régions, ils raflent nos cargaisons de masques, pourtant dûment commandées (il est vrai que la France fait de même, avec des masques suédois à destination de l'Italie et de l'Espagne, mais dans ce cas, cela s'appelle une réquisition).

Y a-t-il un rapport ? Hier, la même Natixis rendait public un rapport sur l'après-pandémie. Un rapport court et implacable, qui annonce rien moins que "la fin du capitalisme néo-libéral, qui avait choisi la globalisation, la réduction du rôle de l'Etat et de la pression fiscale, les privatisations, et dans certains pays la faiblesse de la protection sociale". Oui, Natixis !

"Il n'y a pas d'argent magique", répondait Macron en 2018, à des soignants de Rouen. Il faut prendre le temps de revoir cette scène, alors que depuis quelques semaines, l'argent magique coule à flots, des deux côtés de l'Atlantique, pour soutenir l'économie, et (ici) les bataillons de travailleurs en chômage technique. Mais, du fait que les Etats ne peuvent se financer directement auprès de la BCE, une part importante de cet argent va surtout gonfler les flux et les stocks de la finance folle.

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.