La main de Dieu dans la nécro de Maradona
chronique

La main de Dieu dans la nécro de Maradona

Traitez-moi de ce que vous voudrez, je découvre ce matin l'épisode de la "main de Dieu". Pour résumer, en 1986, un joueur de foot argentin marque un but d'une main contre l'Angleterre, l'arbitre ne le voit pas, le but est déclaré valable. Mais le joueur s'appelle Diego Maradona, et il est déjà Dieu. Alors cette main n'est pas une simple main. C'est la "main de Dieu". C'est un cadeau de Dieu (le vrai). C'est un signe anti-Thatcher (qui vient, quatre ans plus tôt, de gagner la guerre des Malouines contre l'Argentine). C'est la naissance d'un culte, la triche est miraculeuse, le mal est le bien, la vérité est le mensonge, et tout est dans tout. Et la coke, la Maffia, les putes, tout vient nourrir le culte. Révérence obligatoire : la presse mondiale, ce matin comme en 1986, c'est Diana devant la Reine.

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.