Japy-Gaza
chronique

Japy-Gaza

Si je ne devais retenir qu'une image du déferlement de ce week-end, à Jérusalem, à Gaza, ou ailleurs, ce ne serait pas un lynchage. Ce ne serait pas l'immeuble d'Associated Press et de Al Jazeera réduit en miettes à Gaza par l'aviation israélienne. Ce serait l'image tremblée d'un homme de 71 ans, à Paris, menotté et emmené en garde à vue par des policiers français. Président de l'association France Palestine Solidarité, Bertrand Heilbronn sortait d'une entrevue au ministère des Affaires étrangères. La police l'attendait à la sortie. Il a été libéré dans la nuit. Il lui était manifestement reproché d'avoir appelé à une manifestation de solidarité avec les Palestiniens, interdite par le préfet de police Didier Lallement, à l'inverse d'innombrables capitales mondiales où elles se sont déroulées pacifiquement, et de nombreuses villes françaises, où elles se sont déroulées tout aussi pacifiquement. 

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.