Hulot et le cheminement d'une information indésirable
chronique

Hulot et le cheminement d'une information indésirable

Invité hier soir des Assises du journalisme à Tours, Nicolas Hulot a dû quitter prématurément le débat, perturbé par des militant.e.s féministes, qui lui rappelaient les accusations de viol portées contre lui. Après l'annulation en 2019 d'une conférence de la philosophe Sylviane Agacinski à Bordeaux, sur pression d'autres militant.e.s,  il est à craindre que l'épisode nourrisse durant quelques prochaines années les accusations de "censure woke", portées contre les féministes. Voici donc ce que je suis en mesure d'en dire ce matin. Lisez attentivement les dates, ce sont elles qui racontent l'histoire.

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.