Hidalgo : Paty en otage
chronique

Hidalgo : Paty en otage

L'entretien ne se déroule ni dans les studios de BFM TV, ni dans le bureau de la maire de Paris Anne Hidalgo, mais dans une exposition "Le rire de Cabu" à l'Hôtel de Ville de Paris, expo malencontreusement fermée pour cause de confinement. Comme ça, "elle va être vue par plein de gens", dit Anne Hidalgo à Ruth Elkrief. Non, on n'en verra rien, mais dès les premiers instants, se dessine en revanche cette étrange opération Hidalgo-Elkrief :  récupérer Hidalgo dans le camp "républicain", celui des valeurs de la "République", aux antipodes du "relativisme culturel" (une dizaine d'occurrences de ces totems dans toute l'émission, sans que l'on précise jamais de quoi il s'agit exactement). Ce n'est pas le dessinateur Cabu, qui intéresse Hidalgo et Elkrief. C'est le  martyr du terrorisme islamiste. Hidalgo, dans une seule phrase : "Cabu, c'est quelqu'un qui était très visionnaire parce que très libre, qui est mort, les attentats de 2015 ont marqué durablement notre ville, notre pays..." Et cette maire, qui s'accapare ainsi le Grand Duduche, n'est pas elle-même n'importe qui : fille de réfugiés anti-franquistes espagnols, réfugiés arrivés en France dans l'enthousiasme, sans les "réserves" d'autres migrants, suivez mon regard, et aussi lectrice de "Charlie, Hara-Kiri et Fluide glacial" dans son adolescence. 

Et c'est donc à cette immigrée républicaine d'un irréprochable pedigree de gauche, ("et en plus je suis une femme, très attachée à l'égalité hommes-femmes") que Elkrief peut lancer sa sommation : "J'ai une question de fond. Comment vous allez faire avec les Verts ? Comment vous pouvez être d'accord avec eux ? Je vous donne trois exemples". Elle consulte ses notes. "Julien Bayou à la manifestation du CICF le 10 novembre, le fameux conseil, euh, islamique" (il  faudra revoir les notes, il s'agit en réalité d'une manifestation appelée par le Collectif contre l'islamophobie en France, le CCIF, qui vient de recevoir une notification de procédure de dissolution, voir notre enquête ici), David Belliard "co-listier vert, aux côtés d'Assa Traoré qui dénonce un État raciste et racisé", ou Alice Coffin ''différentialiste, féministe, qui est... qui est différentialiste" (élue EELV qui a poussé Hidalgo à se séparer de son adjoint à la Culture Christophe Girard, visé par une enquête préliminaire pour viol, voir notre émission ici). "Comment vous pouvez rester alliée avec eux, c'est un caillou dans la chaussure !"

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.