Glorieuse impuissance des manchettes
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Glorieuse impuissance des manchettes

God isn't fixing this. Dieu ne réparera pas ça. La manchette du New York Daily News est encadrée des tweets

de quatre stars conservatrices américaines, parlementaires ou télévangélistes. Tous étalent leurs prières pour les victimes de la tuerie de San Bernardino, en Californie. Et le sous-titre est encore plus précis : "alors qu'un dernier lot d'Américains innocents baignent dans leur sang, des trouillards qui pourraient vraiment éliminer le fléau des armes se cachent derrière des platitudes dépourvues de sens." La tuerie s'est déroulée au cours du repas de Noël d'employés des services sociaux de la ville. On ne connait pas encore les motivations des deux tueurs -apparemment musulmans-, mais cette tuerie est évidemment reliée au régime de vente libre des armes -même si la Californie est un des Etats américains les plus restrictifs -dix jours d'attente sont par exemple nécessaires avant toute acquisition.

Pourquoi cette manchette frappe-t-elle davantage que les soudaines manchettes anti-Le Pen du groupe de presse régionale Rossel ? Parce qu'elle ne sent pas le calcul téléguidé. Manifestement décidée en urgence, elle sent la réaction antibigote spontanée, viscérale, immédiate, le vase qui déborde, le ras-le-bol. Dévoilant et ridiculisant l'élément de langage des chrétiens pro-armes, elle prend nommément à partie ceux qu'elle vise, en fournée, et en les nommant pour ce qu'ils sont, des "trouillards". Et le journal, plutôt populaire, n'a manifestement rien à y gagner.

Sonnant plus juste, sera-t-elle pour autant plus efficace ? Elle risque fort de se heurter à la même muraille : l'impuissance de la presse traditionnelle. L'impuissance de la presse contre la "montée du FN" en France. L'impuissance de la presse contre la pulsion armurière des Américains. Ce n'est pas que la presse traditionnelle n'exerce aucune influence. A long terme, et souvent involontairement, elle impose des idées, des vedettes, des tendances, davantage d'ailleurs dans le domaine idéologique et culturel, que dans le domaine étroitement électoral. Elle accompagne et infléchit à force de martelage. Elle peut aussi influencer par la révélation des faits : même si l'on se sent, au fond de soi-même, résigné aux dispositions de l'état d'urgence après une vague d'attentats, des reportages purement factuels sur des assignations à résidence inhumaines, des perquisitions brutales, peuvent ébranler. C'est quand elle prétend l'exercer par des éditoriaux définitifs, de sentencieuses chroniques, ou de magnifiques manchettes, que son influence réelle est la plus restreinte.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.