Ecocide aux antipodes
chronique

Ecocide aux antipodes

Depuis près d'une semaine, pour sortir de chez eux, tous les habitants de Sydney doivent porter des masques. Toute activité de plein air est fortement déconseillée. La ville est noyée sous les fumées des incendies proches, qui ont déjà emporté un million et demi d'hectares de forêts dans le Sud australien. Peu de chances que ça s'arrête bientôt : le thermomètre reste bloqué à 40°C. Et aux antipodes comme sur notre vieux continent, relatait ce matin l'excellente revue de presse internationale de Camille Magnard, sur France Culture, se déroulent (la tête en bas évidemment) les mêmes débats. L'autorité scientifique locale multi-interviewée s'appelle David Bowman. Il se définit comme "pyrogéographe". A la question du magazine Science "Quel est le rôle du changement climatique ?" il répond prudemment : "Il serait difficile de dire que le changement climatique ne joue pas de rôle. Nous n'aurions pu imaginer l'échelle de l'événement avant qu'il survienne".

Face aux scientifiques, là-bas comme ici, gouverne un chef de gouvernement, Scott Morrison, qui assure "qu'il n'y a pas de preuve sérieuse qu'une réduction des émissions de CO2 australiennes réduirait la sévérité des incendies", l'Australie ne représentant, explique-t-il, "que 1,3% des émissions mondiales". Ce climatoscepticisme est d'ailleurs partagé au gouvernement australien. En septembre dernier, le ministre australien de la sécheresse et des catastrophes naturelles, David Littleproud, avait estimé, dans une déclaration écrite au Guardian, qu'il "ne savait pas si le changement climatique était d'origine humaine". Quelques jours plus tard, il faisait pourtant volte face au Parlement : "Je ne suis qu'un humble pauvre type qui a arrêté en 1ère, mais j'accepte ce que nous disent les scientifiques". Comme quoi, il n'est pas besoin de s'appeler Bolsonaro, pour être un criminel contre le climat.

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.