Domenach, Askolovitch, Chirac et moi
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Domenach, Askolovitch, Chirac et moi

"La pire merde de ma carrière" : au moins, Claude Askolovitch ne fait pas les titres à moitié.

Huit ans. Huit ans, c'est le temps qu'il lui aura fallu pour relire, avec une douleur que je peux imaginer, son reportage embedded de 2008 dépeignant Sarkozy en maître du monde, lors d'un G20 à Washington. Pourtant, cette autoflagellation à retardement n'est pas le vrai sujet de son article. Son vrai sujet, c'est de flinguer son "vieux camarade" Nicolas Domenach, multi-casquette de Bolloré et Perdriel, qui vient, huit ans plus tard, de pondre le même reportage halluciné (et aussi embedded) sur le quasi-président Valls en Afrique (toutes les pièces du dossier, vidéos comprises, sont ici). Asko est parfois une machine à flinguer dans les coins. Mais qui flingue dans les coins peut aussi finir par se flinguer soi-même.

Mieux vaut tard que jamais. A l'époque, dans la vie, Askolovitch faisait chien de garde de Sarkozy. Pas le plus méchant, pas celui qui aboyait le plus fort, mais certainement un des plus intéressants. Un qui n'avait presque pas l'air d'aboyer, tant il aboyait avec phrases longues et figures de style, dans la meute des aboyeurs assourdissants. Un qui, déjà aboyait dans les coins. Un qui venait du camp d'en face, surtout, du Nouvel Obs, c'est à dire de la gaugauche sarko-compatible. Une prise de guerre. Un trophée. Je le rappelle, alors que depuis hier, son dézinguage de Domenach fait sensation, parce que les plus jeunes l'auront oublié. Alors à L'Obs, Asko gagna ses galons dans la Sarkozie en dénonçant "l'antisémitisme" supposé d'une chronique de Siné sur le fils de Sarkozy dans Charlie Hebdo, dénonciation qui entraina le vidage de Siné par Philippe Val, et un feuilleton mémorable. Quelques jours plus tard, à Europe 1 et au JDD, il devenait l'étoile montante de la galaxie Lagardère. C'est pour cette raison que Sarkozy l'avait personnellement invité à Washington. Et il ne fut pas déçu, comme on l'avait souligné à l'époque. Ses confrères du JDD, en revanche, étaient furieux.

Aujourd'hui, Asko se flagelle. Dans son article, le mot "merde" revient sept fois. C'est beaucoup, même pour cet article, mais c'est efficace. J'adorerais savoir me flageller comme lui. Mais sur ce sujet des reportages embedded, j'ai beau chercher, je ne trouve pas. En douze ans de reportage, deux ou trois, peut-être, dont, tiens, celui-ci, lors d'une tournée électorale de Chirac en Guyane, avant les législatives de 1986. Même topo que Asko et Domenach : tous frais payés par la mairie de Paris. Le journal, dans mon souvenir, n'avait même pas tiqué. Autre siècle, autre époque, d'entre-soi tranquille et inconscient, où la pratique des "invités personnels" par les présidents, et les candidats présidents, ne choquait personne. Bon, ce n'est pas mon meilleur reportage, mais rien de vraiment déshonorant. Et même un (minuscule) sujet de fierté : la citation de la blague de Chirac sur Hersant (pour les jeunes, c'était le Bolloré d'alors, qui soutenait ouvertement Chirac dans Le Figaro) avait même rendu furieux son entourage. Parait-il que c'était une blague off, mais personne ne m'avait prévenu. Toujours est-il que je n'ai jamais été ré-invité.

Je badine, mais le papier d'Askolovitch, comme avant lui le reportage-safari de Hugo Clément sur Domenach, est hautement salutaire. Il fallait voir le pauvre Domenach, sur le plateau de C8, obligé de se justifier devant ses copains chroniqueurs. Même les chiens de garde ont une conscience. Et de la mémoire. Disons, les plus intelligents d'entre eux. Demain, dans dix ans, qui auto-dénoncera "la pire merde" de sa carrière ? Patrick Cohen, sur ses interviews de Finkielkraut ou Zemmour ? Aphatie, sur Cahuzac ? Vive le temps qui passe.

9 heures 50 : Réponse de Claude Askolovitch.

Bonjour Daniel. Beau rappel! Une nuance;  "Chien de garde" est abusé -il signifierait que je flinguais les adversaires du régime de l'époque? Ah. Non. L'intérêt pour Sarkozy tenait à son énergie et sa part de modernité (la reconnaissance alors de l'Islam, le Grenelle de l'environnement). Buisson, et lui-même, y mirent fin. Qu'importe, la figure de style est tentante. Seule petite erreur, qui m'importe, et on en a parlé plusieurs fois, mais. Il n'y pas de lien entre la dénonciation d'un texte raciste ou antisémite, et un plan de carrière, en général et en l'espèce. Je signale le texte de Siné parce que je le trouve antisémite.  Point. Ni Sarkozy, ni le groupe Lagardère, n'ont rien à faire là-dedans. Quand je soulève l'histoire du texte de Siné, paix à son âme, j'ai déjà dit à l'Obs que je partais, et mon transfert, pour employer ce drôle de mot, est acté ! Rien à voir. Sinon, je te l'accorde, il n'y a pas grand mérite aux lucidité tardives. Il se trouve que la mésaventure de Domenach m'a réveillé un vieux remords. Ca te viendra aussi.

zébus brahmane

Zébus brahmane (en Guyane ou ailleurs)

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.