Destruction : et si le langage résistait mieux que le Fouquet's ?
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Destruction : et si le langage résistait mieux que le Fouquet's ?

Réservé à nos abonné.e.s

Et soudain le pouvoir ne trouve plus les mots. Au petit matin, le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nunez est interrogé sur RTL par Elisabeth Martichoux sur la défaillance policière qui, 18 semaines après le début du mouvement des Gilets jaunes, a permis plusieurs pillages et incendies sur les Champs Elysées, à commencer par celui du symbolique restaurant Le Fouquet's. 

"Il n'y avait pas seulement 1500, mais 10 000 manifestants violents", commence Nunez, pulvérisant (sans doute sans s'en rendre compte) le discours traditionnel du pouvoir, lequel distingue rituellement les "casseurs-black-blocs" des "braves-gens-qui-ont-du-mal-à finir-leurs-fins-de-mois". Nunez concède ainsi que la colère est authentiquement populaire. Nonobst...

Il vous reste 79% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.