De Renault, de Trump, du désarroi et du mensonge
Le matinaute
Le matinaute
chronique

De Renault, de Trump, du désarroi et du mensonge

Réservé à nos abonné.e.s

Caramba ! Pour une fois ça n'a pas marché. Pour une fois, la méga-fusion qui devait faire de Renault-Fiat-Nissan-Chrysler le champion du monde et de l'univers de la voiture électrique a buté sur un petit caillou : il semble que le pouvoir français (peut-être effrayé par le fantôme terrifiant de la vente d'Alstom, qui resurgit ces jours-ci) a timidement levé le doigt pour s'enquérir des fermetures possibles d'usines. Vexé, Fiat a retiré dans la nuit son offre, qui était "à prendre ou à laisser".  Tout était pourtant si bien ficelé ! Relatant l'échec tonitruant de l'opération, la dépêche de l'AFP, reproduite par Le Monde, verse une larme sur le "désarroi des investisseurs". C'est si fragile, un investisseur ! Vite, d'urgence, une cellule...

Il vous reste 74% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.