Bertrand Belin, Barbara Carlotti, une rencontre dans le chaos
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Bertrand Belin, Barbara Carlotti, une rencontre dans le chaos

Bande originale de cette chronique.

Bonheur inattendu, la grève de Radio France nous fait basculer chaque matin dans un nouveau monde. Où régnait en maître le bavardage millimétré, des playlists libérées nous ouvrent des univers musicaux inconnus. "Tout s'efface lentement", chantent Bertrand Belin et Barbara Carlotti, en un duo qui ne peut pas ne pas rappeler une autre Barbara, et un certain Moustaki, nous ouvrant la porte d'une autre dimension. Nous y croiserons Notre-Dame en feu, Kadhafi dans les jardins de l'Elysée, le sexe pointu du chien des voisins, et le mariage inattendu de Romola de Pulszky avec Nijinski.

Ainsi donc, l'empire du formatage n'aurait pas encore tout englouti ? Quelque part, secrets, préservés, surnageraient des îlots de beauté tranquille, inaccessibles au chaos. Un instant, nous touchons du doigt ce monde. Quand tout s'effacera lentement, quand tout finira "comme un os, blanc comme un os", peut-être survivra-t-il à l'effondrement des gigantismes.

Dans quel monde parallèle vivent donc Bertrand Belin et Barbara Carlotti pour que, dans notre hystérie surinformée, nous ne les croisions qu'à la faveur d'un grand chaos ? Où vivent-ils, où chantent-ils, en temps ordinaire ? De leur côté, connaissent-ils Léa Salamé et Dominique Seux ? Savent-ils seulement qu'ils existent ?

Et pourtant, ils sont de ce monde. Bertrand Belin chantait l'été dernier "sous les ors de la République". A l'occasion d'un concert à Pornichet, Ouest-France évoquait "la fameuse Barbara Carlotti". Fameuse, comme un animal des contes et légendes des chemins de traverse ? La notice Wikipédia de Barbara Carlotti s'arrête en 2014. Est-ce l'année où elle a décidé de prendre le maquis ? Quant à Bertrand Belin, sa notice est plus à jour, mais ne répond pas davantage à la question : comment nommer cette bulle, dans laquelle nous croyons vivre, pour que jamais jusqu'à ce matin leurs voix n'aient été portées jusqu'à nous ?

Vous trouvez que chacun devrait avoir accès à ce contenu ? Nous aussi ! C'est pourquoi en décembre, nous ouvrons les fenêtres : ce contenu, comme beaucoup d'autres, est gratuit ! Pour nous aider à mettre un maximum de contenus en accès libre, c'est le moment de nous soutenir par un don, défiscalisable à 66%. Et comme chaque année, ça se passe par ici

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.