Abstention : l'explication par Adrexo
chronique

Abstention : l'explication par Adrexo

La faute aux sondeurs ? La faute aux éditocrates ? La faute aux politiques ? La faute à tout le monde ? La flagellation collective de la petite bande médiatico-politique est une incontournable consolation des soirées télé électorales avec forte abstention. En vedette dimanche soir, alors que les deux tiers des électeurs se sont abstenus lors des élections régionales et départementales, Laurent Delahousse, qui a successivement incriminé ses invités incapables de se laisser parler, et les rédactions "qui ne sont plus dirigées par des journalistes". Très bien. Excellente analyse, que je ne vais pas contredire ici.

Mais si je peux me permettre, il faudrait aussi examiner une autre explication. Un nombre encore indéterminé d'électeurs n'ont tout simplement pas reçu les professions de foi des candidats. Indéterminé, mais tout indique qu'il est élevé (confidence : j'en suis). La raison : pour la première fois, la distribution des professions de foi avait été "externalisée" par le gouvernement, dans sept régions sur quinze, à une société privée, Adrexo. Cette société de 25 000 salariés, basée à Aix-en-Provence, est spécialisée dans la distribution de brochures publicitaires. Sans adresses, donc. Ces derniers jours, plusieurs élus et candidats ont alerté sur les retards dans la distribution des professions de foi, avec à l'appui des photos parlantes. Dans la presse nationale, seul le Huffington Post y a consacré un article d'ensemble (et pourtant, même la presse de droite, me semble-t-il, devrait être sensible aux questions de distribution du courrier).

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.