Batailléfontaine font annuler la projection du documentaire
La vie du site
La vie du site
chronique

Batailléfontaine font annuler la projection du documentaire

SUIVI

Fin de l'insoutenable suspens.

"20 Minutes de bonheur", le documentaire consacré aux coulisses de l'émission "Y a que la vérité qui compte", ne sera pas projeté le 9 novembre au festival "Un week-end d'inédits", organisé par Les cahiers du cinéma.

Avant même l'audience de référé prévue pour le 5 novembre, les organisateurs du festival ont décidé de jeter le gant, sous la pression des ex-producteurs de l'émission de trash télé de TF1, Bataille et Fontaine. Isabelle Friedmann (l'une des deux réalisateurs du documentaire, NDR) s'est notamment faite insulter, au téléphone, par un des deux présentateurs. Ils sont tellement menaçants, et cette histoire prend de telles proportions, qu'elle a laissé tomber et nous a demandé de tout arrêter. explique-t-on aux Cahiers du cinéma.

Cette assignation en référé est bel et bien intentée par huit salariés et anciens salariés, et par Batailléfontaine eux-mêmes.

En revanche, contrairement à ce que sous-entendait avec insistance leur société, Loribel, @rrêt sur images n'est pas concerné par l'assignation. Dans la journée du 30 novembre encore, Lionel Lellouche, le directeur de la communication de Loribel nous confirmait pourtant que "les salariés voulant interdire toute diffusion de ce documentaire très truqué et très tendancieux, il ont intenté une action en référé d'heure à heure. Vu que vous l'avez diffusé, vous êtes visés par cette assignation. Vous allez vite recevoir le courrier.

Il avait pourtant refusé de nous communiquer le nom de leur avocat, afin que nous le contactions pour en savoir plus. "Ne vous inquiétez pas, la justice saura bien vous retrouver !" avait-il lancé à Aurélie Windels, qui l'interrogeait.

Les deux ex-animateurs répétant sur les plateaux télé, que le documentaire d'Oren Nataf et Isabelle Friedmann ne les dérangeait absolument pas eux-même, mais leurs salariés ou ex-salariés, @si s'était donc engagé à flouter toutes les personnes apparaissant dans les extraits que nous avons mis en ligne. Seule une ancienne collaboratrice nous l'a demandé.

C'est sans doute dans ce même cadre d'intimidation, qu'il faut situer les amabilités dont j'ai été l'objet, dans toutes les émissions auxquelles les jumeaux ont participé, pour lancer leur nouvelle émission du câble (pour ceux qui n'ont pas tout suivi, ils comptent notamment y enquêter sur la filiation cachée entre Ségolène Royal et François Mitterrand).

Par exemple, celle-ci:

Rassurez-vous: j'ai l'habitude. Et ce type d'intimidations, fréquentes de la part des puissants et des omniprésents de la télévision, n'aura aucun impact d'aucune sorte sur votre site. Il publiera et diffusera ce qu'il voudra, et rien que ce qu'il voudra.

Morale de l'histoire: les deux nouveaux rois de l'investigation auront eu les réalisateurs à l'usure. Mais ils auront réussi à faire davantage de pub autour de ce documentaire qu'il n'y en aurait jamais eu s'il avait simplement été diffusé dans le cadre du festival des Cahiers du cinéma.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.