Pour les Gilets jaunes, pour le journalisme
chronique

Pour les Gilets jaunes, pour le journalisme

Chers Gilets jaunes,

Le discours de voeux d'Emmanuel Macron ayant clairement manifesté qu'il n'avait pas bien compris votre mouvement, il est très probable qu'en 2019 comme en 2018, vous allez vous retrouver avec, outre le pouvoir et sa police, les medias en face de vous. Face à vous. Les medias, c'est notre sujet principal ici, à Arrêt sur images, seul site principalement consacré à leur critique, indépendant, sans pub, sans subventions, et financé uniquement par ses abonnés (à qui, soit dit en passant, je présente mes meilleurs voeux, en les remerciant de leur précieuse confiance). 

Presse vendue, presse menteuse, presse pourrie : pour beaucoup d'entre vous la cause est entendue. C'est parce que vous pensez ainsi, que vos groupes Facebook constituent aujourd'hui votre principale source d'informations. BFM et les autres peuvent dire tout ce qu'ils veulent : tout ce qu'ils disent est disqualifié du fait même que ce sont eux qui le disent.

C'est en tant que journaliste un peu particulier -dont le job consiste à déconstruire le discours de mes confrères et consoeurs- mais journaliste tout de même, que je voudrais vous dire ma façon de voir les choses.

Evidemment, il est difficile de défendre un métier qui, pour beaucoup d'entre vous, a aujourd'hui le visage de Jean-Michel Aphatie. Ces derniers jours, j'ai vu passer une de ses dernières interventions de 2018. Tout bien réfléchi, devant la "colère immense", il conseille à Macron de "revenir aux urnes".

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.