Le jour où je suis entré dans le collimateur de Marine Le Pen
Initiales DS
Initiales DS
chronique

Le jour où je suis entré dans le collimateur de Marine Le Pen

Réservé à nos abonné.e.s
Vers la fin de la campagne du premier tour, le FN a découvert son ennemi privilégié. Surprise: c'est moi.

 

C'est nouveau: depuis quelques jours, je suis directement visé par le Front National. Non pas parce que Florian Philippot, directeur de campagne de Marine Le Pen, m'a appelé "Monsieur Schnaïïdermann" sur le plateau, vendredi. On ne se connaît pas bien, avec Florian Philippot, on n'est pas intimes, il ne doit pas savoir qu'en signe d'intégration je préfère la prononciation à la française de mon nom à coucher dehors. Je ne me suis pas formalisé. C'est un point de détail.

Non. Si je me sens visé, c'est parce que son amie "Marine", comme il dit, a terminé sa campagne en cognant sur les "bobos", qui vont "bruncher en Velib".

Soyons cla...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.