Exorcismes
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Exorcismes

Supposition : vous êtes évêque.

Par exemple à Orléans, cité chargée d'Histoire, mais où les distractions sont rares, il faut bien le reconnaître, hormis la fête annuelle de Jeanne d'Arc. Vous souhaitez pimenter votre quotidien. Ou bien, qui sait, être repéré par les huiles du Vatican. Une solution ultra-rapide : proférer une belle et bonne énormité, de préférence sur le sujet du moment -en ce moment, donc, la capote et le sida. La plus énorme possible. N'hésitez pas. Déclarez par exemple que le virus du sida, trop petit, peut passer à travers le latex de la capote. Bingo : caméras, micros, polémique. La gloire.

Le journal de 8 heures de France Inter, comme il se doit, s'ouvrait donc sur les déclarations de Mgr André Fort, évêque d'Orléans, lequel a mesuré dans les laboratoires secrets de l'évéché le degré de porosité du latex, et livrait le compte-rendu de ses expériences. La radio publique, évidemment, faisait suivre l'interview sacrilège de celle d'un médecin, qui s'en déclarait horrifié. Demorand faisait par ailleurs immédiatement condamner l'évêque par ses invités du matin, le rédacteur en chef de La Croix (qui ne s'en privait pas) et l'évêque d'Angoulême (plus confraternel, donc ambigu).


Mais l'opération était réussie. Le journal de 8 heures avait trouvé un bel et bon exorcisme en exclusivité, calibré pour l'ouverture, interrompant pour un jour le feuilleton de la chasse aux primes, bonus, parachutes, stock-options, retraites, lequel reprendra certainement après le week-end. Exorcisons, exorcisons. le reste passera après. Un exemple. Avez-vous entendu parler, au jité ou aux radios du matin, de l'affaire Bienstock ? Non. Résumons donc. Cet ancien salarié de l'agence de notation Moody's fait un procès à New York à son ancien employeur. Il avait voulu monter la note d'une entreprise. Mais cette entreprise n'était pas cliente de l'agence. Refus de sa hiérarchie. Conflit. Renvoi de Bienstock. Procès. Sur les mécanismes ayant conduit à la crise, sur le rôle qu'y a joué le système absurde des fameuses agences de notation, chargées de noter la bonne santé de leurs clients, ce procès est certainement beaucoup plus éclairant, plus instructif, plus pédagogique, que le dévoilement quotidien des retraites-chapeau, si choquantes soient-elles. Mais l'heure n'est pas aux explications. Elle est aux exorcismes.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.