Déflation : que peut (vraiment) le gouvernement contre les hypers ?
Éconautes
Éconautes
chronique

Déflation : que peut (vraiment) le gouvernement contre les hypers ?

Des armes juridiques existent. Mais techniquement complexes, et politiquement risquées

Réservé à nos abonné.e.s
Rien de neuf sous le soleil artificiel des supermarchés : la guerre des prix engagée entre les enseignes sous couvert de permettre aux consommateurs d’acheter moins cher se joue au détriment des fournisseurs et des producteurs. Comme toujours le gouvernement fait les gros yeux. Aussi, demain jeudi, distributeurs, représentants de l’industrie agroalimentaire et agriculteurs rencontrent les ministres de l’économie et de l’agriculture. Exercice périlleux : les ministres ne peuvent demander à la grande distribution d’augmenter les prix – en temps de crise, ça la fout mal – mais la baisse des prix peut à la fois s’avérer mortifère pour les fournisseurs et engendrer le risque de déflation. Dans ce jeu d’équilibriste, que peut réellement le gouvernement ? Quelles sont les armes juridiques à sa disposition ? En voici un rayon (pas vraiment frais).

L’avez-vous remarqué ? Les prix baissent dans nos supermarchés. Ce n’est pas une vue de l’esprit mais l’Insee, cité par Europe 1, qui l’affirme : les prix ont baissé de 0,8% depuis le début de l’année et de 1,7% rien qu'au cours du mois d’août. Certes le prix de certaines matières premières agricoles a chuté mais le gros de la baisse doit beaucoup à la guerre menée par les enseignes pour tirer les prix vers le bas et attirer le chaland.

J’entends des voix au fond qui me disent que leurs tickets de caisse n’ont pas bougé. Voire augmenté. Normal : tous les prix ne baissent pas. Les produits bi...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Chatel recrute des figurants à l'insu de son plein gré

Des sympathisantes UMP déguisées en "mères de famille" l'attendaient au supermarché

Les années 68, et après : deux films à voir avant notre émission

En partenariat avec Tënk, la plateforme de documentaires de création

Les petits ménages de Stéphane Soumier (BFMBusiness)

Agent d'ambiance chez Leclerc et animateur chez Orange

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.