Communs : une notion médiévale viendra-t-elle protéger le logiciel libre ?
Éconautes
Éconautes
chronique

Communs : une notion médiévale viendra-t-elle protéger le logiciel libre ?

Retour sur une occasion manquée de la loi numérique

Réservé à nos abonné.e.s
Et si nous mettions en commun ce que nous savons des communs ? Le mot (au pluriel s’il vous plaît) est revenu dans le débat à l’occasion de la loi sur le numérique discutée à l’Assemblée en fin d’année… pour disparaître sur ordre de Matignon. Mais les communs n’ont pas dit leur dernier mot. D’autant que cette notion ne date pas d’hier : elle a traversé les siècles avant d’être récupérée par le monde universitaire, puis militant. Mais que sont les communs ? Qu’est-ce qui les différencie des biens communs ? S’opposent-t-ils aux biens privés et aux biens publics ? Est-ce une alternative au capitalisme ou au communisme ? Une solution pour le climat ? Un concept libertaire ? Une utopie ?

A première vue, le terme "les communs" paraît bien banal. Mais si ce concept était un mouvement de fond prenant de l’ampleur dans la société civile ? Les communs ? Nous les avions croisés à l’occasion de la discussion du projet de loi sur le numérique à l’Assemblée en novembre dernier. Ils étaient cantonnés dans l’article 8 qui – nous le racontions ici – est finalement passé à la trappe sur décision de Matignon. Cet article était pourtant soutenu par la secrétaire d’État au Numérique Axelle Lemaire ainsi que par de nombreux députés de gauche ou encore par ...

Il vous reste 97% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.