Olivia Ruiz, odalisque-caméléon
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Olivia Ruiz, odalisque-caméléon

Réservé à nos abonné.e.s
Dans les couloirs du métro parisien ces jours-ci, cette affiche annonçant des concerts d'Olivia Ruiz :

Détail


La chanteuse, vêtue comme le sol et le fond du décor (l'image est une reprise de la couverture du disque intitulé À nos corps-aimants), puise à plusieurs sources. Elle regarde du côté de Malick Sidibé d'abord, éminent photographe malien qui fixa de nombreuses odalisques à rayures sur fond idem :

Photo © Malick Sidibé, fin des années 1990


Plus près de nous, la marocaine Lalla Essaydi photographie des jeunes femmes-caméléon parées de vêtements se confondant avec le fond :

Harem #2 par Lalla Essaydi


On peut penser aussi au travail du peintre américain Kehinde Wiley, dont on parla par là. Wile...

Il vous reste 78% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Faites chauffer la cire !

ou... le sexe s'épile-t-il pour plus de sex-appeal ?

pub

Adblock, victime de ses opaques dérogations ?

Des medias allemands attaquent le logiciel bloqueur de pub

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.