Avatar, les mythes, et les archétypes
Culture blockbusters
Culture blockbusters
chronique

Avatar, les mythes, et les archétypes

Réservé à nos abonné.e.s
A l’occasion de la sortie en salle d'une nouvelle version d'Avatar, comportant une dizaine de minutes supplémentaires, certains considèreront que tout a déjà été dit sur le film historique de James Cameron. Loin de là! Mise en échec par l’ampleur du succès, la critique s’est tenue à l’écart de la dimension archétypale, mythologique (et philosophique) de l’œuvre. C’est pourtant cette dimension qui semble la plus à même de résoudre l’énigme de ce succès, en nous invitant à comprendre par quel mystère un récit, très largement considéré comme «simpliste», a pu résonner avec une telle force et une telle évidence à travers le monde.

(Certains des concepts évoqués dans cette analyse ont été très timidement effleurés dans ma première bafouille pour le site @si, puis évoqués (mais non développés) lors de l’émission de Judith Bernard Avatar, Voyage d@ns le film. Le texte ci-dessous répond à la demande de certaines personnes qui, ici et ailleurs, m’ont demandé de revenir plus en détail sur ces concepts).

Avant toute chose, il nous faut comprendre en quoi Avatar n’est pas un «gigantesque succès» mais une anomalie, quelque chose qui, théoriquement, ne devrait pas se produire dans le cadre de l’industrie filmique. Le ...

Il vous reste 98% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.