Facebook et les scandales, un jour sans fin
Clic gauche
Clic gauche
chronique

Facebook et les scandales, un jour sans fin

Un réseau social et ses lanceurs d'alerte, histoire d'une routine

Réservé à nos abonné.e.s
Une nouvelle fois, une lanceuse d'alerte secoue le géant Facebook. Une nouvelle fois, les régulateurs s'enflamment. Une nouvelle fois, le spectre de la fragmentation est agité. Mais derrière l'attrait du sang, difficile d'y voir autre chose qu'une routine politico-médiatique.

Pour ne rien vous cacher, j'étais un peu excité par l'actualité qui entoure Facebook depuis la rentrée. On dirait un carambolage qui n'en finit pas, ou une compilation de fails, c'est irrésistible, ça vient me chercher direct la schadenfreude, les parts les plus sombres de mon humanité, celles qui font qu'on ralentit devant un accident de la route, qu'on se masse pour regarder tomber des barres d'immeubles, et qu'on est systématiquement pour l'outsider, peu importe le sport, peu importe le film. Comme beaucoup de gens, j'aime voir Facebook prendre des gnons parce que Facebook, sur la galaxie du web, c'est l'Empire de Star Wars – l'hégémonie maléfique – et que Mark Zuckerberg, c'est son Palpatine encapuchonné qui balance des é...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.