Chroniques censurées : une ombre sur la compile Zemmour
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Chroniques censurées : une ombre sur la compile Zemmour

Eric Zemmour cherche. En direct sur le plateau, il fouille désespérément dans un livre.

Dans son propre livre. Que cherche-t-il ? Deux chroniques disparues. France 5 lui offre trente minutes d'antenne. Trente minutes de haine pure contre les musulmans. Même pas les islamistes, mais les musulmans en général. C'est "le nouveau livre d'Eric Zemmour". Son nouveau "brûlot". Celui qui va lui ouvrir toutes les antennes, pendant la seconde moitié de cette semaine. A commencer, donc, par le plateau d'Anne-Sophie Lapix, Patrick Cohen et Pierre Lescure, sur le service public.

L'émission commence dans les bémols offusqués habituels : mais enfin Eric, vous y allez fort, il y a tout de même des musulmans paisibles, c'est même la majorité. Et soudain, le chroniqueur Pierre Lescure : il manque deux chroniques de RTL, dans votre livre, et notamment votre chronique "bombarder Molenbeek". Zemmour : pas du tout, je vous assure qu'elles y sont. Lescure et Cohen : eh bien cherchez. On lui tend son livre. Et voilà Zemmour parti en spéléo, à la recherche des chroniques disparues. Tandis que le spectateur se voit brutalement rappeler au passage que "le nouvel essai au vitriol" n'est qu'un paresseux recueil de ses chroniques de RTL, agrémenté d'une préface de cinquante pages. Recueil dont l'auteur, donc, n'a visiblement pas relu les épreuves, puisqu'il ignorait même que son éditeur, Albin Michel, y avait supprimé deux chroniques. Délicieux spectacle sur lequel s'attarde le réalisateur, de Zemmour plongé dans son propre livre.

Car bien évidemment, Lescure et Cohen ont raison : "bombarder Molenbeek", cette chronique prononcée quelques jours après le 13 novembre, n'y est pas. Zemmour, émergeant de sa recherche : "Eh ben je vous remercie. On va le rajouter" (l'éditeur ayant tiré 90 000 exemplaires, le rajout ne viendra pas de sitôt). Lapix : "Mais alors, d'après vous, pourquoi ?" "J'en sais rien". L'incident en dit long, d'abord, sur le sérieux de la documentation zemmourienne. S'il se documente comme il relit les épreuves de ses propres livres, il y a de quoi rassurer son public et ses employeurs. Il nous rappelle aussi qu'au-delà de son idéologie, Zemmour est un produit. Derrière Zemmour, il y a les vendeurs de Zemmour, c'est à dire les patrons et actionnaires des medias qui le rétribuent, et ses éditeurs. Si ses éditeurs éditent du Zemmour, produisent à toute force de la compile Zemmour à chaque rentrée, c'est parce que la compile Zemmour se vend bien, et va financièrement leur sauver la rentrée. Mais voilà : courageux mais pas téméraires, il arrive qu'ils aient la main qui tremble.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

L'échec cuisant de GB News, la CNews britannique

Problèmes techniques, boycott, critiques et départs en cascade

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.