Mi-homme mi-cochon : pourquoi nous n'aimons pas les hybrides
Cerveau (in-)disponible
Cerveau (in-)disponible
chronique Vidéo

Mi-homme mi-cochon : pourquoi nous n'aimons pas les hybrides

Ni les léopons, ni les pizzlys, ni les zébroïdes

Réservé à nos abonné.e.s
Le cochon, passe encore. Mais une créature "mi-homme mi-cochon", voilà qui nous déplait instinctivement. Pourquoi donc notre cerveau n'aime-t-il pas les hybrides ? Ni les léopons, ni les chamas, ni les pizzlys, ni les tigons, ni les zébroïdes ? L'hypothèse essentialiste de Sébastien Bohler.





  • Essentialist theory of ‘hybrids’: From animal kinds to ethnic categories and race
  • Wolfgang Wagner1,2,*, Nicole Kronberger1, Motohiko Nagata3, Ragini Sen4, Peter Holtz1,
  • Fátima Flores Palacios5
  • In Asian Journal of Social Psychology, Volume 13, Issue 4, pages 232–246, December

2010

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.