Comédiens qui s'exilent fiscalement, critiques de films complaisantes, révélations fracassantes sur les cachets des stars: coups de projecteurs sur les coulisses des tournages. Clap.

Publié le 03/01/2013  Alimenté le 04/12/2017
Rochefort Sy
chronique du par

Jean Rochefort, Omar Sy, oracles télé

Mots-clés : Jean Rochefort, Omar Sy

Jean Rochefort est mort, Omar Sy est en promo. Deux comédiens populaires

, immensément familiers, se partagent les écrans. La télé rediffuse en boucle les scènes culte de Un éléphant ça trompe énormément. Et elle diffuse aussi intensément la bande-annonce de Knock, le nouveau film de Sy. Pour honorer l'un et l'autre, elle rappelle généreusement leurs filmographies complètes.

Mais on sent bien que ce ne sont pas seulement les comédiens, que l'on honore. Si Libé consacre sa Une à Rochefort, c'est en faisant bien comprendre, dans la nécro, que le défunt n'a pourtant tourné que des films négligeables. Sur le plateau de Mouloud Achour, Omar Sy avoue en rigolant qu'il n'avait jamais entendu parler de Knock, et à peine de Louis Jouvet, qui inaugura le rôle au cinéma. Sans doute, ce jour-là, s'amuse-t-il, était-il absent de l'école. Aucun des deux ne peut donc être le support d'un discours sur le cinéma.

Et pourtant, la machine a faim de ces deux-là. Mais c'est autre chose, qu'on attend d'eux. Sur Canal+, Omar Sy est interrogé sur la tuerie de Las Vegas. Il disserte sur les réseaux sociaux (incroyable, comme on peut être à la fois hyper-connecté, et atrocement solitaire). Sur Twitter, c'est une considération de Rochefort sur la mort, qui se promène ("la mort, plus on vieillit, moins c'est inquiétant. Donc je rassure les jeunes : vivez tranquillement").

Cette attente démesurée, d'une leçon de vie dans le brouillard. Retrouvez le vrai goût des vrais contacts humains, avec Omar Sy. Regardez la mort en face avec Jean Rochefort. Omar Sy n'a rien à dire sur...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Anémone et Le Monde, improbable rencontre

chronique publié(e) le 04/12/2017 chez les matinautes

C'est un dur métier, journaliste. Il faut imaginer Sandrine Blanchard, du Monde. Elle a décroché le gros lot : une interview d'Anémone. Joie de l'intervieweuse. C'est d'ailleurs sa phrase d'attaque : "je me faisais une joie de rencontrer Anémone". L'Anémone du "Père Noël est une ordure". L'...

nouveau media

Peut-on mesurer le degré de sexisme d'un film ?

Zoom sur le test de Bechdel

observatoire publié(e) le 13/11/2017 par Capucine Truong

Peut-on mesurer le degré de sexisme d'un film? Inventé par l'autrice de bande-dessinées américaine Alison Bechdel, le "test de Bechdel" permet de distinguer les films dans lesquels les femmes tiennent de véritables rôles, au coeur de l'intrigue, de ceux dans lesquels elles ne sont que ...

nouveau media

Trois bandes obliques ? Un film de femmes arabes !

chronique publié(e) le 08/03/2017 chez Alain

À la demande de plusieurs aimables @sinautes, voici quelques rapprochements d'affiches de films récemment parus ou à paraître. On verra par là que les vertus du papier carbone sont infinies, que le mieux est l'ennemi du bien, et que la vie est un éternel recommencement.Il a déjà tes yeux et ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Ceci est-il un acteur ?

Je tiens à saluer le retour de Rafik Djoumi et de ses chroniques passionnantes et dissonantes. Vous nous avez manqué, ...

Par LolranLenz
le 11/11/2011

Voyage dans les musiques de films, deuxième époque

Bon, sur le précédent forum, je n'ai pas répondu à la petite dizaine d'affirmations par lesquelles on (il) prétendait ...

Par Rafik Djoumi
le 14/02/2011

"Le cinéma n'a rien à voir avec la littérature"

Je serais très friand d'analyses de séquences hebdomadaires de Rafik. Pas la peine de faire long, ni d'avoir des invités. Un ...

Par Paul Calori
le 30/12/2010
Tous les forums >