Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Destruction de Palmyre : Arte confond Assad et Daech

Par le - 19h55 - vu

Samedi 21 octobre, en regardant sur Arte le documentaire Palmyre, patrimoine menacé, les téléspectateurs ont vu apparaître à l'écran un bandeau indiquant que les images diffusées ne correspondaient pas à la description qui en était faite dans le documentaire. Explications.

L'extrait du documentaire en question

Le documentaire a commencé depuis trois minutes. La voix off : "Au printemps 2015, de sanglants combats font rage à deux pas des ruines, opposant l’État islamique aux troupes loyalistes". A l'écran, on voit des images de djihadistes tirant dans le désert. Puis des images des ruines de Palmyre. Impossible pour le téléspectateur de ne pas faire le lien entre les deux. Et pourtant, à l'image, ce 21 octobre sur Arte, un bandeau apparaît en français, puis en allemand : "Le comité Syrie Europe après Alep précise que ces images ont été tournées en 2013 pour témoigner des destructions opérées par l'armée du Régime Assad".

Lors de la première diffusion de ce documentaire sur les ruines de Palmyre, le 16 septembre sur Arte, le bandeau n'apparaissait pas. Mais Mohamad Taha et Cheikmous Ali, qui président l'Association pour la protection de l'archéologie syrienne, étaient devant leur écran. Ils reconnaissent les images tournées en 2013 par Ibrahim Moutlak, jeune activiste de la ville de Palmyre, arrêté et assassiné selon eux par les services de renseignement du régime Assad en 2013. Ils alertent aussitôt le comité Syrie Europe après Alep, dont ils sont proches. Un courrier est envoyé au directeur des programmes d'Arte. "Après avoir filmé ces images, Ibrahim Moutlak est mort sous la torture", écrit le comité, qui s'alarme que ces images, tournées en 2013, puissent être utilisées pour illustrer l'arrivée en 2015 de Daech dans la cité antique.

En plus du bandeau, la communication d'Arte a depuis réagi, indiquant que les images dont disposait le réalisateur allemand Martin Papirowski "ne comportaient aucune datation"."Comment pouvait-il deviner ce problème ?", se défend la chaîne. Admettant ainsi que le réalisateur a pu utiliser, dans son documentaire, des images dont il ignorait la provenance.

L'occasion de relire notre enquête : "Non, Assad n'est pas le protecteur du patrimoine culturel syrien"


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Syrie, guerre à huis-clos

omran

Alep : l'enfant symbole réapparaît dans des médias syriens pro-Assad

observatoire publié(e) le 08/06/2017 par la rédaction

Sa photo avait fait le tour du monde. Omran, le petit garçon d'Alep que l'on avait vu en août 2016 assis dans une ambulance, le visage hagard, après un bombardement, est réapparu en bien meilleure santé dans des médias libanais et syriens pro-gouvernement, comme l'a repéré The Telegraph. C'...

nouveau media

Syrie : la photo d'un photographe en larmes devient virale

lu publié(e) le 17/04/2017 par la rédaction

C’est la nouvelle image virale pour dire l’horreur de la guerre en Syrie. Après un attentat suicide qui a tué 126 personnes, l’un des photographes présents sur place s’est effondré en larmes. L’un de ses collègues l’a pris en photo. Il y a les voitures enflammées derrière, et la ...

nouveau media

Alep : deux vétérans du journalisme français critiquent l'unanimisme médiatique

"Faillite", "absence de recul" : la charge de J.F. Kahn et J.C. Guillebaud

observatoire publié(e) le 16/01/2017 par Matthieu Beigbeder

Le traitement médiatique de la reprise d'Alep par les forces de Bachar al-Assad, revendiquée le 22 décembre dernier par l'armée syrienne, a suscité à retardement plusieurs critiques, notamment de deux figures du journalisme français, Jean-François Kahn et Jean-Claude Guillebaud. Les médias ...

Tous les contenus de ce dossier >