Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Bern : "les sujets sur les révolutionnaires ne marchent pas" (Le Monde)

Par le - 15h36 - suivi

Récemment nommé "Monsieur Patrimoine" par Emmanuel Macron, l'animateur de Secrets d'Histoire sur France 2 répond, dans un portrait du Monde, aux critiques qui l'accusent d'être monarchiste et de proposer une vision orientée de l'Histoire de France.

nouveau media

Le Monde, 10 octobre 2017

Mandaté par Macron en septembre, et chargé d'établir dans les six mois une liste de monuments de bâtiments en péril en France, Stéphane Bern n'est plus "seulement" animateur télé. C'est cette nouvelle vie que raconte Raphaëlle Bacqué dans Le Monde. En revenant sur les critiques qui le touchent depuis plusieurs années, sur son côté "vieille France" et ses positions monarchiques.

En mai 2015, Alexis Corbière et Jean-Luc Mélenchon, notamment, avaient écrit une lettre à la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, pour contester le contenu idéologique de ses Secrets d'Histoire, reprochant à l'émission de donner trop de place aux monarques, et pas assez à la République. Les signataires avaient fait les comptes : 60% des émissions étaient consacrées aux monarques, et seulement 6% à des personnalités ou des lieux liés à la République. Bern, qui dans une interview à La Libre Belgique en 2011, assumait "parfaitement" d'être monarchiste", montrerait-il à ses (nombreux) téléspectateurs une vision orientée de l'Histoire de France ? "Il y a eu 700 ans de monarchie et moins de 250 ans de République. Et puis, les sujets sur les révolutionnaires ne marchent pas !", répond l'animateur au Monde. Avant d'en donner la preuve par... les audiences de son émission : "C’est simple, pour Louis XVI – Louis XVI, il n’est tout de même pas si populaire ! – nous avons fait 4,5 millions de téléspectateurs. Pour Clemenceau, 2,5 millions. Danton et les femmes dans la Révolution, cela a été pire…".

Soupçonné par ses détracteurs de vouloir ouvrir le patrimoine au mécénat privé dans le cadre de ses nouvelles missions, Stéphane Bern sera entendu dans les prochaines semaines par la commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale.

Et en attendant, l'occasion de voir ou de revoir la chronique de Mathilde Larrère : "Non, Macron et Bern, ce n'est pas François Ier qui a imposé le français en France"


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Histoire : quelle histoire !

Robespierre

Patrick Buisson et les morts de la Terreur : chiffres introuvables et comparaison hasardeuse

enquête publié(e) le 21/11/2017 par Hélène Assekour

La "Terreur", un "épisode terrible qui va faire plus de morts en l'espace de 10 mois que l'ensemble des jacqueries et révoltes sociales sous l'Ancien régime" ? C'est ce qu'affirme le journaliste et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy Patrick Buisson, invité ce matin au micro de France Inter ...

nouveau media

Bern, Louis XIV, et les invisibles parmi les invisibles

chronique publié(e) le 15/11/2017 chez les matinautes

Il faut bien regarder cette image. Je l'ai arrêtée pour vous, pour que vous ayiez le temps de la contempler. C'est le peuple. Le peuple, tel qu'il figure dans le sommaire du Louis XIV de Stéphane Bern, que diffusait hier soir France 2. En vrai, dans le sommaire, elle dure moins d'une seconde, ...

Deutsch Larrère

Patrimoine/Bern : Lorànt Deutsch s'en prend à Mathilde Larrère

suivi publié(e) le 23/09/2017 par la rédaction

Contre-attaque. Samedi 16 septembre, notre chroniqueuse, l'historienne Mathilde Larrère, reprenait Emmanuel Macron et Stéphane Bern, récemment nommé "Monsieur Patrimoine" du gouvernement, sur une "mésinteprétation de l'édit" de Villers-Cotterêts. Selon les deux hommes, cet édit, signé en ...

Tous les contenus de ce dossier >