Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Macé-Scaron, ancienne "plume" de Fillon, rejoint Image 7

... la boîte de com' qui a conseillé Fillon pendant la campagne

Par le - 17h49 - suivi

C'est désormais officiel : Joseph Macé-Scaron a rejoint Image7. Le désormais ancien journaliste, ancien directeur de la rédaction puis chroniqueur chez Marianne, a annoncé sur Facebook vendredi 8 septembre qu'il travaillerait désormais pour la société de conseil en communication Image7, dirigée par Anne Méaux - une proche de François Fillon qui l'a conseillé lors de sa campagne. "J’ai pris la décision de rejoindre la tribu Image7, première agence indépendante de conseil en communication, présidée par mon amie, Anne Méaux, écrit-il. Je tiens à rassurer ceux qui s’en inquiéteraient : je continuerai à défendre le principe d’une analyse sortie des dogmes du prêt à penser et d’une parole libérée de toute assignation à résidence de toute sorte."

Macé-scaron fb

Annonce de Joseph Macé-Scaron sur Facebook, 8 septembre 2017

L'annonce ressemble à une conclusion logique pour Macé-Scaron : pour rappel, en avril dernier, le Canard Enchaîné révélait que ce dernier était devenu l'une des "plumes" du candidat du parti Les Républicains à la présidentielle (après l'avoir qualifié auparavant de "clown" et "d'émulsion médiatique"). Un choix - et une volte-face, pour celui qui critiquait la proximité de Fillon et de Sens Commun - que Macé-Scaron avait assumé, se disant "fier" d'avoir collaboré à l'écriture de discours du candidat.

nouveau media

Paris Match, 19 avril 2017

Mais le ralliement de Macé-Scaron à Fillon n'avait pas plu à la rédaction de Marianne. La société des rédacteurs s'était insurgée contre cette "trahison non seulement de la déontologie journalistique mais également des valeurs fondamentales de Marianne". Le rédacteur en chef Renaud Dély s'était fendu de son côte d'une mise au point après les révélations du palmipède. "Cet engagement purement individuel, dont il n’avait pas informé la direction de Marianne, ne saurait rejaillir d’une façon ou d’une autre sur la collectivité de notre journal et sur sa réputation d’indépendance", avait-il tenu à préciser. Ajoutant que Macé-Scaron abandonnait son titre honorifique de "président du comité éditorial" et qu'il avait cessé la publication de ses chroniques hebdomadaires pour Marianne.

A noter qu'à l'époque, le Canard avait assuré que Macé-Scaron était salarié par Image7 pour sa collaboration à la campagne de Fillon, ce que l'intéressé avait alors formellement démenti sur Twitter. 


Abonnez-vous !
|