Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Macron/Migrants : plaisanterie douteuse repêchée par Quotidien

Par le - 17h05 - vu

Elle aurait pu se noyer dans les eaux de Lorient, où Emmanuel Macron était en visite au Centre de sauvetage et de surveillance d’Etel, le 2 juin. Mais Quotidien a tendu l'oreille et repêché in-extremis la plaisanterie très douteuse - pour ne pas dire plus - du nouveau président sur les embarcations comoriennes utilisées par les passeurs pour amener des migrants comoriens à Mayotte.

"Le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c’est différent". Echangeant avec plusieurs officiels lors de sa visite à Lorient, Macron s’est laissé aller à une plaisanterie très douteuse. Alors que l’un des officiels évoquait différents types d’embarcations ("Il y a des ta pouilles et des kwassa-kwassa"), Macron l’interrompt : "Ah non, c’est à Mayotte le kwassa-kwassa". Avant d'embrayer : "Mais le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c’est différent". Silence des officiels. Malaise. Puis Macron tente de se reprendre : "Les tapouilles, c’est les crevettiers".

Quelques précisions pour mesurer la perplexité des présents après la blague du président, et l'indignation qui s'en est suivie après sa diffusion sur TMC : les kwassa-kwassa sont de petites embarcations frêles, régulièrement utilisées par des migrants de l’archipel indépendant des Comores pour gagner Mayotte, département français depuis 2011. D’après les autorités comoriennes, plus de 12 000 personnes seraient mortes depuis 20 ans, suite à des naufrages de ces embarcations, où s'entassent parfois jusqu'à 40 personnes.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

RFI, 7 juin 2014

Contactée par Le Lab, l'équipe de communication de l'Elysée a reconnu une "plaisanterie pas très heureuse" : "C'est complètement regrettable et malvenu". De son côté, Quotidien a diffusé la vidéo sur son compte Twitter. En interpellant d'abord le président, se demandant "Comment un Président peut-il dire ça ?". Avant de supprimer le tweet, pour ne garder que la blague douteuse de Macron en citation.

nouveau media

Avant

nouveau media

Après

Mise à jour du 5 juin à 15h06 : l'image ne provenait pas des caméras de Quotidien, mais d'images fournis par le "pool" (une caméra d'une rédaction chargée de fournir les images aux autres rédactions pour éviter qu'il n'y ait trop de monde lors des déplacements du président). En plateau, Yann Barthès ne précise pas de quelle rédaction il s'agit. 


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Macron : les hors-champs d'une présidence

nouveau media

Communication, photos : Macron verrouille

lu publié(e) le 22/11/2017 par la rédaction

Dans son édition du 18 novembre, Paris Match consacre 19 pages au couple Macron. Un coup de l'agence Bestimage, dirigée par Michèle Marchand, proche du couple Macron, expliquent Les Jours. Tandis que les accès des journalistes sont restreints et contrôlés, l'agence s'impose comme un des ...

nouveau media

Travailleurs détachés : le mystérieux oubli du Monde et de Libé

chronique publié(e) le 25/10/2017 chez les matinautes

Comme tout accord de compromis, l'accord européen sur les travailleurs détachés peut être présenté sous l'angle du "verre à moitié plein", ou du "verre à moitié vide". Sans surprise, le gouvernement vend à l'opinion, depuis deux jours, une grande victoire diplomatique française, sur le ...

nouveau media

Derrière le mantra macronien de la "formation"

chronique publié(e) le 19/10/2017 chez les matinautes

L'un des mantras du macronisme, c'est la formation. OK, le budget de Macron des Bois prend aux pauvres pour donner aux riches, OK on va tout faire pour fluidifier le licenciement des pauvres, OK on va grossir les rangs des chômeurs, des précaires, des fainéants et des fouteurs de bordel, mais en ...

Tous les contenus de ce dossier >