Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Traoré : arrivée (trop) tardive des secours

Par le - 14h49 - suivi

Adama Traoré a-t-il été pris en charge trop tardivement par les secours ? C’est le sentiment du Monde qui revenait hier sur l’intervention des secours auprès du jeune homme mort suite à son interpellation par les gendarmes le 19 juillet 2016 à Beaumont-sur-Oise. Le quotidien s’est fondé sur "les conversations entre différents personnels de secours […] retranscrites dans le cadre de l’instruction judiciaire ouverte au tribunal de grande instance de Paris pour établir les causes de la mort d’Adama Traoré". Comme nous le racontions dans notre enquête, sa famille a en effet immédiatement contesté les déclarations du procureur de Pontoise qui assurait que le jeune homme était décédé à cause d’un malaise cardiaque.

Le Monde Adama Traoré

Si on ne connaît pas encore aujourd’hui les causes exactes du décès, on sait désormais que le jeune homme n'était pas malade, comme le souligne Le Parisien, et que l’intervention des secours s’est déroulée avec "beaucoup de confusion et d’incompréhension", pour reprendre les mots du Monde. En effet, quand les pompiers se rendent à la gendarmerie de Persan, ils découvrent que le jeune homme est en arrêt cardiaque et non en proie à "une crise convulsive" comme il leur avait été signalé. Ils demandent donc le renfort du Samu. Trois quart d’heure plus tard, la médecin du Samu appelle l’assistant de régulation médicale chargé de recevoir les appels d’urgence et d’orienter les secours et lui signifie qu’Adama Traoré est mort.

Selon Le Monde, la retranscription des conversations montrent que "les médecins du SAMU regrettent leur intervention tardive, due aux mauvaises informations qui leur sont remontées, à la fois des gendarmes et des pompiers". La médecin du Samu estime même que "ça a merdé du début à la fin".

>> Depuis le 19 juillet, la famille d’Adama Traoré se bat pour que lumière soit faite sur les circonstances de sa mort. Pour comprendre leur combat, regardez notre émission avec la sœur d’Adama, Assa Traoré.


Abonnez-vous !
|