Une soldate israélienne publie des photos de prisonniers palestiniens sur Facebook
Brève

Une soldate israélienne publie des photos de prisonniers palestiniens sur Facebook

Un "mini Abou Ghraib" en Israël ? "Une ancienne soldate des Forces de défense israéliennes (FDI),

Eden Abergil, a soulevé une tempête sur Internet, après avoir affiché des photos d'elle posant à côté de prisonniers palestiniens les yeux bandés sur Facebook" signale Haaretz.com, le 16 août dernier. Les photos ne sont plus accessibles sur le site de réseau social, mais sont largement disponibles sur le net.

Une information également reprise par Rue 89 et d'autres sites d'information. Sans être aussi choquantes, ces images ne sont pas sans rappeler celles des prisonniers torturés dans la prison d'Abou Ghraib en Irak.

Regardez cette photo publiée sur le blog du picto

journaliste Dmitry Reider  

Sur l'album photo publié sur le site de réseau social par l'ex soldate, on pouvait la voir tout sourire, aux côtés de Palestiniens, les mains liées et les yeux bandés.

Le site précise également que "parce qu'elle a quitté l'armée, un an plus tôt, l'armée n'a pas le pouvoir de lui interdire la publication des photos".


Rue 89 propose les traductions des commentaires qui étaient au bas des photos. Des paroles bien banales en comparaison de l'humiliation que semblent subir les détenus :

"Tu es plus sexy comme ça!»

Réponse d'Eden: «Oui je sais LOL, quelle journée ça a été, regarde comme il [le Palestinien] complète bien mon image, je me demande s'il est aussi sur Facebook.

Il faut que je le tague [marquer son visage pour faire un lien vers son profil] sur la photo! LOL."

pictoDmitry Rider a eu le temps de dupliquer les photos de la jeune femme avant qu'elles ne soient plus en accès libre.

"Les images ont été retirées de Facebook depuis, non sans avoir été dupliquées par différents blogueurs et sites d'informations" relève Haaretz.com. Une blogueuse israelienne a d'ailleurs tenté de joindre la jeune femme qui lui a répondu : "Je ne parle pas aux gauchistes" indique-t-elle à Rue 89.

 

Devant l'émoi suscité par les photos en Israël, Abergil a néanmoins répondu à une radio militaire israélienne relève l'Afp. Elle parait surprise par la polémique : "je ne comprends pas ce que j'ai fait de mal. Il n'y a eu de ma part ni violence ni mépris, je n'ai porté atteinte à personne". Elle ajoute: "je n'ai pas parlé avec les Palestiniens, je leur ai donné à boire et à manger et je ne leur ai pas dit qu'ils étaient photographiés". Pour elle, il ne s'agissait que de présenter à ses amis son expérience dans l'armée.

Pas sûr que Tsahal, soucieuse de préserver son image, l'entende de cette oreille. L'Armée a réagi dans un communiqué: "Ces actions sont laides et insensibles."

(Par Jean-Yves Alric)

Mise à jour, le 17 août à 17h06 : Remplacement d'une photo floutée par une photo où l'on voit le visage d'Eden Abergil.

Lire aussi la chronique d'Alain Korkos : la soldate et le Palestinien, lol

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.