Une journaliste poursuivie pour avoir filmé l'automutilation d'un adolescent
enquête

Une journaliste poursuivie pour avoir filmé l'automutilation d'un adolescent

Réservé à nos abonné.e.s
Filmer un jeune qui se mutile, est-ce se rendre complice de violences ? Une journaliste de TAC Presse est poursuivie en justice pour avoir filmé pour "Zone Interdite" (M6) un mineur pratiquant la "suspension", une forme de mutilation particulièrement spectaculaire.

Filmer un jeune qui se mutile, est-ce se rendre complice de violences ? Une journaliste de TAC Presse est poursuivie en justice pour avoir filmé pour "Zone Interdite" (M6) un mineur pratiquant la "suspension", une forme de mutilation particulièrement spectaculaire.

Elle a été renvoyée en correctionnelle par le Parquet de Toulouse pour "complicité de violences", et risque 5 ans de prison et 75.000 euros d'amende.

Extrait du reportage d'Envoyé Spécial sur les "modifications corporelles" - 8 octobre 2006

Le "marquage de la peau" chez les jeunes, du simple tatouage à la scarification : c'était l'objet d'un reportage de l'agence TAC Presse, diffusé le 8 octobre 2006 lors d'un numéro de Zone Interdite (M6) consacré aux comportements à risque...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.