Touchers vaginaux sous anesthésie : le CHU de Lyon embarrassé
enquête

Touchers vaginaux sous anesthésie : le CHU de Lyon embarrassé

Comment l'affaire a été découverte

Réservé à nos abonné.e.s
Question qui demande un peu de doigté : les étudiants en médecine s’exercent-ils au toucher vaginal sur des patientes endormies au bloc opératoire sans demander au préalable leur consentement ? C’est ce que suggèrent les documents extraits du site de l’université de Lyon publiés lundi par Metro et qui depuis suscitent démentis et indignations. A l’origine de cette trouvaille : un pharmacien qui cherchait simplement des témoignages de patients suite à la mésaventure vécue par sa compagne.

Quand lundi Metro publie des documents extraits du site de l’université de Lyon qui laissent croire que les étudiants en médecine pratiquent des touchers vaginaux sur des patientes endormies, on ne soupçonne pas le pataquès que va provoquer cette publication. De quels documents s'agit-il ? Ce sont des modèles de carnets de stage du service de gynécologie obstétrique de la faculté de médecine de Lyon remis à des étudiants lors de l’évaluation de leur stage hospitalier. Sur les deux documents publiés, il apparaît pour l’un que "l’examen clinique de l’utérus se fera en apprentissage du bloc sur patiente e...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.