Tocilizumab : l'emballement était prématuré
article

Tocilizumab : l'emballement était prématuré

Réservé à nos abonné.e.s
En une journée, le 27 avril, les médias se sont enflammés. Et si l'APHP, la structure hospitalière de Paris et Ile-de-France, venait de trouver un traitement pour ralentir le passage en réanimation de patients sévèrement atteints ? En une après-midi, le tocilizumab a débarqué sur tous les sites d'infos et sur les chaînes de télé... le tout sur la base d'un communiqué vague sans aucun donnée précise.

Serait-ce une "réelle source d'espoir" ? Ce lundi 27 avril au soir, Gilles Bouleau semble optimiste. Car, nous apprend-il au JT de 20 heures de TF1, l'APHP "vient de publier les résultats d'une étude" qui ferait état d'un traitement prometteur pour empêcher les cas graves de Covid-19 de dégénérer totalement vers de la réanimation. Le traitement en question : le tocilizumab. Cinq syllabes qui vont se retrouver, les 27 et 28 avril, sur toutes les chaînes d'info et dans les JT. Avec un enthousiasme parfois débordant. Ainsi Ruth Elkrief, sur BFMTV n'hésite pas un instant à claironner : "Il y a un traitement pour les malades les plus graves [...] qui est le premier traitement trouvé en France et c'est le premier dans le monde !" Cocorico, donc. ...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.